The Babbel Blog

All posts by James Lane

Quel lien y a-t-il entre rêver et apprendre une langue ?

Posted on July 9, 2014 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

rêver et apprendre une langue

Vous êtes vous déjà demandé s’il y avait un lien entre rêver et apprendre une langue ?

Vous avez sans doute déjà entendu des gens parler du moment où ils ont commencé à rêver dans une langue étrangère. C’est souvent considéré comme un signe de maîtrise de la langue. Dans les années 80, le psychologue canadien Joseph De Koninck a observé que les étudiants de français qui parlaient français plus rapidement dans leurs rêves progressaient plus vite que les autres étudiants.

Mais étaient-ils plus rapides parce qu’ils rêvaient ou rêvaient-ils parce qu’ils étaient plus rapides ?

(more…)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Language du football brésilien : des racines aux fleurs

Posted on July 4, 2014 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Brazilian football language

Alors que la Coupe du Monde bat son plein, tout le monde affine son vocabulaire sur le language du football brésilien et utilise à profusion des expressions comme jogo bonito! et golaço!.

Ces mots font partie du vocabulaire de tout fan de foot qui se respecte, preuve que la culture du football brésilien influence le monde entier.

Pourtant, la naissance du football brésilien ne remonte qu’à un siècle à peine. Nous devons y reconnaître l’influence d’une petite île, qui n’a gagné qu’une seule Coupe du Monde, comparé aux cinq gagnées par le Brésil ; il s’agit de l’Angleterre.

(more…)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

7 raisons pour lesquelles nous aimons les listes – et pourquoi elles nuisent à notre cerveau

Posted on May 22, 2014 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

les listes

 

Nous aimons les listes parce que nous ne voulons pas mourir.

- Umberto Eco, Vertige de la liste

 

Sur internet se développe de plus en plus ce qu’on appelle en anglais les « listicles », c’est-à-dire des articles rédigés sous forme de « listes » ou de « tops ».

Ils sont partout et appâtent le lecteur avec des titres accrocheurs du genre « Les 15 moments les plus emblématiques du métro parisien » ou « Top 10 des métiers qu’on peut faire quand on a une raie sur le côté ». (Non, ne partez pas !).

Ça fait rire les uns, les autres y voient une démonstration supplémentaire de la bêtise humaine. Les « listicles » font le succès de sites web américains comme Buzzfeed (qui existe déjà en français) ou Listverse et s’imposent également dans la presse écrite. Ils sont tellement omniprésents qu’on finit par trouver des raisons de les détester.

Les « listes » ou « tops » sont l’expression d’une tendance très actuelle de l’esprit à se laisser constamment divertir et déconcentrer. D’où l’intérêt de se demander quel est l’effet que cela produit sur nous et sur notre mode de pensée.

(more…)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Pourquoi les Italiens parlent-ils avec les mains (et pas les Scandinaves)

Posted on May 7, 2014 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Pourquoi les Italiens parlent-ils avec les mains (et pas les Scandinaves)

Photo by Haraldo Ferrary / CC 2.0

 

When the moon hits your eye like a big pizza pie

That’s amore…

 

Amour. Furie. Passion. Les Italiens sont bien connus pour parler avec les mains, comme si les sentiments qui bouillonnent en eux ne pouvaient être transcrits par de simples mots, mais avaient besoin d’un doigt accusateur, d’un appel au ciel ou d’un poing fermé.

Les Scandinaves, en revanche, ne le sont pas du tout.

Selon les stéréotypes traditionnels, nos frères du nord sont plus raisonnés et réservés. Bien sûr ils ressentent aussi de vives émotions, mais ils sont moins enclins à les exprimer physiquement.

Oui, ce sont des clichés culturels, mais peu de gens contestent le fait que les Italiens ont tendance à utiliser leurs mains pour s’exprimer. Et s’il y avait un impératif biologique derrière tout cela ? Et si les gestes aidaient en fait nos cerveaux à se développer ? S’il y avait un lien entre la manière dont nous utilisons nos mains et celle dont on résout les poblèmes?

(more…)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Les gardiens du temple

Posted on April 25, 2014 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

anglais

Photo by Elias Gayles / CC 2.0

Les anglophones non natifs sont trois fois plus nombreux que les locuteurs natifs. Qui peut donc prétendre aujourd’hui décider de ce qu’est le « bon anglais » ?

Les étudiants veulent tous le maîtriser. Les dictionnaires tentent de le définir. Les médias développent des guides de style complets qui lui sont consacrés et les gouvernements essaient de le contrôler.

Non, ce n’est pas d’une nouvelle épidémie de crack que nous parlons mais juste d’une langue : l’anglais.

Nous vivons certes dans un monde où les anglophones peuvent s’émerveiller de l’offre pléthorique de dictionnaires urbains aussi étranges que variés, hocher la tête quand un homme d’affaires indien leur demande de « prepone the meeting » (littéralement : reporter la réunion à plus tôt, néologisme formé sur le modèle du verbe « to postpone », reporter à plus tard) ou regarder la série américaine The Wire et réaliser qu’ils ont besoin de sous-titres.

Mais le « bon anglais » est encore est toujours une denrée avidement recherchée – et un vrai business. Alors, qui décide de ce qu’il est et de ce qu’il n’est pas ?

(more…)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone