The Babbel Blog

Babbel News

The Learning Revolution: It’s Not About Education

Posted on January 8, 2014 by

Wired, the US magazine on emerging technologies, published an article from Markus Witte, CEO and co-founder, on the the revolution taking place in private learning. Read it here:

The education system is changing. Established teaching methodologies are reaching their limits in most developed countries. New requirements are needed. In the search for solutions, technology is playing an increasingly prominent role — allowing for new approaches such as the “inverted classroom,” Massive Open Online Courses (MOOCS) and “mobile learning”. We keep hearing of an “education revolution” — one in which technology will bring upon a radical transformation in schools and universities.

There are certainly great hopes for a change to the better but recent news are somewhat discouraging. Some even spoke of a “backlash” after Udacity, one of the most ambitious projects to revolutionize higher education, changed course towards corporate customers. Other, less well-known initiatives are also struggling: I recently spoke on a panel about “the future of education” together with a manager from a large publishing house that develops new digital products for schools and a CEO of a startup that built an adaptive software tool for maths education. Both discussed ways to persuade governments, ministries and committees to use their newest tools. But even to run a test involves a sales cycle of way more than a year — not exactly the pace of a revolution.

 

Education Will Change With the Way We Learn

Real changes and disruptions usually come “from below”: through the individual decisions of the many rather than through sweeping decrees from the government. From the car to the internet to the tablet to the iPhone — that is, in all the great upheavals that new technologies have created in our lifestyle, culture, and working environment — it has been the many individuals that have decided to adopt changes, not the politicians.

The good news is that there is indeed a revolution going on. But it is not about education systems. It is about learning. It is people taking learning into their own hands. A new trend is initiated by a whole new breed of learning technology start-ups that set out to make learning easier for everybody. Their goal is not to alter elementary education or university teaching. They do not deal with governments; their customers are not countries and states. They are focused solely on their users — people who want to learn something. And this is a powerful force to harness.

Learning tools like Babbel are directly tailored to the user; there are no institutions in between. People decide for themselves whether or not the product helps them toward their goals and is worth their money. It’s a much smaller-scale enterprise than a nationwide introduction of new software for schools or the building of an online university.

These upheavals are also taking place in the learning sphere but outside of the established educational systems. Students are currently not the most active in this change process. As a rule, they study for their degrees and final exams with a goal clearly in mind. Formal education is more about passing a French exam than about being able to actually talk to a French person. This is because a degree or certificate is often equally valuable as the actual knowledge or skills.

 

The Learning Revolution is Taking Place at Home

More and more people are using new technologies for self teaching. Let’s look at language learning for example. Over 100 million people all over the world are learning languages online today (1) — and only a fraction of them would ever have considered using traditional learning materials or courses to do so. As a part of my research, I have personally talked to some of them: It would never have occurred to the nurse in Louisville to buy a textbook or an expensive CD to learn a language — but now, she’s studying German on her tablet after her shift. The same holds true for the retiree in southern France who started to learn English on his laptop at the age of 70, or for the London banker riding home on the tube practicing Spanish on the latest iPhone. This group of people has decided to self teach because they came across learning tools of a new generation.

Technology is not really generating new demand but makes more things possible. E-mail, cameras in smartphones and Wikipedia are just a few examples of how this works. All these examples “replace” older technologies — and yet they open up completely new spaces.

The choices are manifold and changing at a breathtaking pace. In language learning alone, virtual classrooms, tutoring via video chat, learning communities with user-generated content, crowd-sourced translation services, and interactive services for self-learning offer a dizzying array of choices. Established standards and clear user expectations are nonexistent. Only one thing is for sure — the interest is enormous and the popularity of the internet and smartphone apps for learning is growing by leaps and bounds.

Language learning is only a part of a trend toward self-learning. Other offerings, from computer programming to brain training are popping up like daisies. No matter what the latitude or longitude, private individuals are deciding to learn on their own accord.

This revolution is taking place in living rooms and cafés, on public transport and in offices. It is carried out by people who decide to take their learning into their own hands — and they are finding ever more and better technology-based products to help them.

In the end, the education revolution might be a real, old-fashioned revolution: one that comes from below, takes unforeseen routes and hits the centers late in the process. It might already be in full swing and it might be way more powerful than it seems when we only look at the established education systems.

 

(1) a guess based on the compound user numbers of Babbel, Busuu, LiveMocha, duolingo = 140M alone. 40% of them probably use more than one platform (= 84M unique users) at least 20M more unique users will use smaller platforms

Read more about Markus Witte and the founding team here.

Tweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Carnaval, plages et caïpirinha…

Posted on April 30, 2013 by

Lire cet article en : Allemand (Deutsch), Anglais (English), Espagnol (Español), Italien (Italiano)

.. il suffit de ces quelques mots pour que le lecteur sache de quoi il est question : du Brésil ! Avec ses plages de sable fin, le Brésil est considéré comme l’une des destinations les plus paradisiaques de la planète. Pays immense s’il en est, on peut s’étonner que trois mots seulement semblent suffire à le caractériser. Car entre l’Amazone et ses marécages au nord et ses montagnes de style helvétique au sud, le Brésil a bien plus à offrir que la samba et Copacabana.

Pays des superlatifs, le Brésil abrite par exemple les Cataratas do Iguaçu, l’une des plus grandes chutes d’eau au monde. Ce gigantesque phénomène naturel se partage l’intérêt des voyageurs avec d’autres petites merveilles : les quatís (coatis), petits mammifères impertinents qui déambulent à toute vitesse dans le parc national en chapardant aux touristes leurs chips et autres barres chocolatées.

Mais quelle que soit la raison qui vous pousse à visiter le Brésil : l’une des plus belles expériences est sans aucun doute celle du contact avec les locaux. Les brésiliens sont très ouverts et quelques mots du style « Oi, tudo bem? » (Salut, ça va ?) suffisent souvent à amorcer une conversation. Pour éviter que vous n’ayez à poursuivre une prise de contact aussi prometteuse en mimant et gesticulant, nous vous avons concocté un cours intitulé « Le portugais pour les vacances ». Organisé en douze leçons, le cours traite les bases de communication essentielles pour votre séjour au Brésil. Des petits en-cas linguistiques qui vous permettent de vous entraîner pour des situations de vacances typiques : orientation, achat, réservation etc. Le cours aborde également le thème de la commande au restaurant et des spécialités culinaires locales comme la « feijoada » ou l’« água de coco » (eau de coco).

Avec ces notions en poche, vous allez vite remarquer à quelle vitesse il est possible d’étendre ses connaissances une fois sur place. Car, comme le dit la philosophie Babbel : qui commande « Uma cerveija, por favor. » devrait également pouvoir en demander « Mais uma ! » En français : qui peut se commander une bière, devrait pouvoir s’en commander une autre.

Frauke est responsable de projet spécialisée dans les contenus de langue espagnole et portugaise. Son dernier grand voyage l’a menée au Brésil où elle a entre autre visité Ilha Grande, Rio et Iguaçu. Dans le nouveau cours  « Le portugais pour les vacances », Frauke vous livre ses conseils sur la langue et la culture brésilienne.

Cliquez ici pour accéder au cours « Le portugais pour les vacances ».

Tweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

“Clope”, “ordi”, “cinoche” et autres mots mystères

Posted on January 17, 2013 by

Lire cet article en Allemand (Deutsch), Anglais (English), Italien (Italiano), Espagnol (Español)

Le français familier est une langue à part entière qui échappe souvent aux apprenants. Les jeunes s’avèrent particulièrement innovants à ce sujet et n’hésitent pas à modifier la langue, ils piochent souvent dans les cultures étrangères, telles que l’arabe et l’anglais, ou forment de nouveaux mots comme par example “le cinoche” (le cinéma).

Ces nouveaux mots ne sont guère enseignés dans les cours de langues, alors qu’elles font partie intégrante du langage français, et que Ryan, l’apprenant francophile, s’y trouvera forcément confronté. De quoi aura-t-il l’air face à une personne qui voudrait lui „taxer une clope“ (demander une cigarette) ? Bredouille, Ryan ne saura répondre assez rapidement avant que la personne continuera son chemin en grommelant „cimer“ resté incompris. „Mais quelle langue m’a-t-on appris en classe ?“, s’étonnera-t-il, avant, perdu dans ses pensées, de bousculer un passant qui se retourne „Eh calmos, t’es vénère ou quoi!“. Moi ? Qui ?
Babbel sauve l’apprenant Ryan !

Babbel a développé des cours de français familier pour tous les francophiles désireux de s’immerger au plus profond dans la langue française. Le verlan et les expressions familières sont tellement ancrées dans la langue française qu’il nous paraissait impensable de ne pas leur dédier un cours. Quatre aspects du français familier sont abordés, le verlan, l’argot, les mots raccourcis et les mots empruntés de l’anglais (fun (drôle), has been (démodé) etc).  Quatre aspects qui devraient  permettre de ne plus se sentir „largué“ lorsqu’un Français vous proposera une clope.

Tweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

L’embarras du choix ? Babbel sur Android, iPhone, iPod, iPad  – et maintenant aussi sur Kindle

Posted on September 10, 2012 by

Lire cet article en : Allemand (Deutsch), Anglais (English), Espagnol (Español), Italien (Italiano)

J’ai la trentaine et suis complètement ringard. Récemment, j’ai eu un iPad entre les mains pour la première fois de ma vie. Et c’est à l’iBook Babbel « Learn Spanish : Beginner’s Course 1 » que je dois cette expérience. J’ai été impressionnée. Et j’étais à peine remise qu’on me présentait déjà un nouvel appareil – un Kindle avec le nouvel eBook « Learn German: Beginner’s Course 1 ». De nouveau très impressionnée, je suis aussi un peu confuse : lequel de ces deux appareils est le meilleur ? Ceux qu’on appelle les multiple device users ne se posent évidemment pas la question. Pour eux, posséder plusieurs appareils mobiles est la chose la plus normale au monde – quand je vous dis que je suis totalement ringard !

Heureusement, l’équipe Babbel regorge de gens qui vivent avec leur temps – et la technologie qui va avec. Anne, par exemple, est l’heureuse propriétaire d’un iPad et d’un Kindle et quand elle part en vacances, elle amène tout simplement les deux. C’est donc à cette experte que je me suis adressée : « Mais quelle est la différence entre l’iPad et le Kindle ? »

Personnellement, je n’en vois pas vraiment, sauf que le Kindle (touch) est plus petit, pas aussi coloré et a l’air moins « interactif », ce qui signifie qu’il se passe peu de choses. Les deux appareils offrent une option de surlignage et de prise de note, les deux livres électroniques introduisent les nouveaux mots de vocabulaire par le biais de dialogues. Il y a dans les deux cas des explications et des exemples de grammaire ainsi que des exercices de révision avec les solutions.

Anne m’explique, par exemple, que l’écran du Kindle ne brille pas, qu’il consomme donc beaucoup moins d’électricité et n’a pratiquement jamais besoin d’être rechargé. L’écran ne reflète pas non plus la lumière ce qui qualifie d’office le Kindle pour une séance de lecture au soleil. Elle me prend le Kindle touch des mains, l’examine avec intérêt et m’explique que le sien n’a pas d’écran tactile mais une sorte de clavier. Son enthousiasme est contagieux et je ressens soudain l’irrépressible besoin de posséder moi aussi un de ces petits bijoux de technologie. Mon choix tent pour le Kindle, simple et discret, je m’en remets aux valeurs simples.

Il ne s’agit pas de devoir choisir entre « l’un ou l’autre », mais de répondre à des besoins bien individuels qui passent aussi par des préférences au niveau du format et de la manipulation. Chaque appareil présente des avantages : le téléphone Android pour apprendre du vocabulaire dans le bus ; des exercices de grammaire interactifs sur iPad, confortablement installé sur le canapé ; et le livre Kindle à feuilleter tranquillement sur la plage. Après l’iPhone/iPod Touch, l’iPad ou Android, Kindle est la quatrième option offerte par Babbel pour apprendre la langue que vous voulez, où et quand vous le souhaitez. L’eBook Babbel pour Kindle est en outre la solution la plus proche d’un manuel traditionnel.

Et pour ceux qui ne veulent pas entendre parler de smartphones, iBooks, eBooks & Co. il reste les bons vieux cours en ligne sur ordinateur. On peut, mais n’est pas obligé de choisir.

Tweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

¡Buenos días, vacaciones! Pourquoi apprendre avec un eBook ?

Posted on August 15, 2012 by

Après « Learn German: Beginner’s Course 1 », voici « Learn Spanish: Beginner’s Course 1 », le livre interactif anglophone pour apprendre l’espagnol sur iPad. Nous vous avons déjà expliqué ici (et en anglais!) ce qu’est un iBook et quelles sont les possibilités (interactives) de ce nouvel outil.

Les utilisateurs Babbel qui suivent déjà les cours en ligne et utilisent les applications pour iPhone/iPad ou appareils Android vont peut-être se demander à quoi leur servira un troisième outil d’apprentissage (qui plus est payant) ?

Avec ce nouveau manuel électronique, la rédaction Babbel propose une nouvelle méthode d’apprentissage à la fois ludique et efficace. Dans la préface du livre, il est question d’« apprentissage complémentaire » et c’est vrai : l’eBook Babbel combine la profondeur des contenus proposés par les cours en ligne et le confort d’utilisation des applications mobiles. Il s’appuie sur les contenus et méthodes Babbel qu’il revisite pour une expérience d’apprentissage complètement inédite. Comme le bon vieux manuel papier (que beaucoup de nos utilisateurs regrettent encore secrètement ou même ouvertement), l’eBook compte 77 pages organisées de façon linéaire avec 5 leçons et leur nombreux sous-chapitres.

Le contenu d’apprentissage est transmis de façon plus comprimée que dans les cours en ligne. Les nouveaux mots et phrases sont présentés sous la forme de dialogues audio. Les « mots clés »  sont liés au glossaire via des hyperliens et peuvent être révisés au moyen de « Study cards » – les bonnes veilles fiches de vocabulaire, version numérique. L’utilisateur peut en outre rédiger ses propres fiches de révision via la fonction « Highlight ».

La grammaire succède aux dialogues d’introduction avec des exemples pratiques faciles à comprendre. Qu’il s’agisse de grammaire ou de vocabulaire – ce sont ces explications vivantes sur la signification et l’utilisation locale, que l’on se trouve en Espagne ou en Amérique du Sud, ainsi que la révision immédiate des acquis qui assurent une expérience d’apprentissage positive. De nombreuses illustrations permettent en outre de visualiser les structures et des diaporamas placés en fin de leçon donnent l’occasion d’en apprendre davantage sur la culture hispanophone.

Comment se salue-t-on en Espagne ? Quels sont les moyens de transport au Chili ? Que se passe-t-il en Bolivie ? Comment fête-on son anniversaire au Mexique ? Et quelle est la signification de la Fête des Morts ? L’eBook Babbel répond à ces questions, et bien d’autres, d’une manière ludique et charmante.

Nous en sommes convaincus : proposé au prix de lancement de 6,99 €, l’eBook Babbel téléchargeable depuis l’iBookstore est un investissement judicieux.

Pour les anglophones qui séjournent en Espagne ou en Amérique du Sud ou prévoient un voyage dans le « monde hispanophone », pour ceux qui aiment allier apprentissage linéaire et apprentissage mobile, ce manuel constitue une excellente première étape dans la découverte de la langue et de la culture hispanophone :  ¡mucha suerte!

Tweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

L’été avec Babbel.

Posted on June 15, 2012 by

L’été a toujours été un moment privilégié. C’est souvent dès l’enfance et les premières années d’école qu’est apparue notre passion pour les grandes vacances : pourquoi apprendre assis dans une salle de classe alors que dehors vous attendent piscines, lacs et journées interminables gorgées de soleil ?

Sur Babbel aussi, l’assiduité baisse lorsque la température monte… et les utilisateurs deviennent adeptes du farniente (de l’italien « fare niente » soit : « ne rien faire »). Comment ne pas les comprendre quand, au siège de Babbel dans le quartier de Kreuzberg à Berlin, la sueur perle sur nos fronts nous donnant des envies de bière bien fraîche, de glace à l’italienne ou de plongeons dans l’Atlantique. Mais la saison estivale joue également un rôle essentiel pour Babbel. L’été est – du moins sous nos latitudes – synonyme de vacances et de voyages, la période où de nombreux utilisateurs Babbel peuvent tester les connaissances linguistiques qu’ils ont acquises au cours de l’année.

Ce sont les Italiens qui, cette année, profitent en premier des beaux jours. Pour eux, les vacances d’été ont commencé le 9 juin, presque en même temps que la Coupe d’Europe de football qui se joue en Pologne et en Ukraine. Les élèves polonais doivent, eux, tenir encore jusqu’au 30 juin. Tout comme les Britanniques qui auront grandement le temps de se préparer aux Jeux Olympiques qui se tiendront à Londres entre le 27 juillet et le 12 août.

Les petits Suédois seront en vacances à partir de la mi-juin, juste à temps pour fêter, du 22 au 24 juin, le Mitsommar (sorte de Saint-Jean scandinave) à grand renfort de musique, de danse, de spécialités culinaires et de rites traditionnels et magiques. A ne pas manquer !

Qu’il s’agisse du Mitsommar en Suède, de vacances sur les plages d’Italie, d’Espagne, du Pays-Bas, de Turquie ou du Brésil, de surf en Indonésie, de foot en Pologne ou des JO à Londres – c’est l’occasion de mettre en pratique ce que vous avez appris tout au long de l’année et le moment de vérité qui nous permettra de constater si oui ou non nous avons bien fait notre travail. Nos cours spécial vacances feront-ils leurs preuves ? Comment les fans de foot se débrouillent-ils en Pologne avec les bases acquises dans notre cours spécial « Coupe d’Europe 2012 » ?

Il existe parait-il des gens que le foot en général et la Coupe d’Europe en particulier laissent froids. Mais le tournoi est un rayon de soleil pour beaucoup d’entre nous qui, pour une raison ou pour une autre, ne peuvent pas partir en vacances cette année. Faute de parcourir l’Europe, c’est elle qui vient dribbler directement dans notre salon.

Et pour ceux qui n’ont pas attrapé la fièvre du football, pourquoi ne pas passer des vacances sur votre balcon : quoi de plus dépaysant finalement que sa propre ville en été. On ira à la piscine avant d’aller manger une glace. Et sinon on fait… rien tout simplement !

Bonne vacances !

Tweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

L’anglais américain et l’anglais britannique

Posted on April 10, 2012 by

new england

L’anglais, c’est de l’anglais. Well, pas tout à fait ! Les différences entre l’anglais américain et l’anglais britannique sont parfois aussi grandes que l’Atlantique ou bien au contraire si subtiles que seul un œil (ou une oreille !) d’expert parvient à les détecter. Et comme si le jeu des différences n’était pas assez compliqué, certaines similitudes apparentes peuvent aussi s’avérer trompeuses – et provoquer des effets comiques bien involontaires. Le nouveau cours Babbel « L’anglais américain et l’anglais britannique » met enfin de l’ordre dans la confusion linguistique et culturelle qui règne entre Big Ben et la Statue de la Liberté.

Qu’il soit américain ou britannique, l’anglais s’est élevé au fur et à mesure des années au rang de langue mondiale universelle. Lingua franca du monde des affaires, l’anglais est utilisé comme langue officielle dans de nombreuses organisations internationales et est la première langue étrangère apprise dans la plupart des pays du monde. Mais quel est le « vrai » anglais ? Tandis que certains ne jurent que par le Queen’s English ou Oxford English, d’autres objectent que l’anglais le plus parlé est l’American English et que celui-ci a donc plus de poids.

Difficile de mettre les deux camps d’accord – il ne nous reste donc plus qu’à passer les (subtiles) différences à la loupe et essayer de s’y retrouver. Si vous avez par exemple une soudaine envie de chips, deux options : soit vous êtes aux États-Unis et commandez des ‘chips’, soit la fringale vous a pris en Angleterre et il vous faudra acheter des ‘crips’. Si vous vous trompez et commandez des ‘chips’ londonienne : pas de problème ! Vous ne mourrez pas de faim mais ne vous étonnez pas qu’on vous serve des frites qui, aux États-Unis, sont appelées ‘french fries’ ! Vous me suivez ? Pour vous aider à vous y retrouver dans ce chaos semé d’embûches, Babbel lance donc un nouveau cours avec des exercices d’écriture, de prononciation et de grammaire ainsi que des excursions dans le monde merveilleux du langage familier qui vous permettront d’assimiler les différences qui règnent actuellement entre les deux dialectes.

Car si le monde dans lequel nous vivons bouge, la langue est elle aussi soumise à des changements constants. Lorsque la langue anglaise, en 1620, traversa l’Atlantique avec les premiers colons, elle trouva en Amérique la liberté de poursuivre son évolution. Au contact de nouvelles plantes (le pacanier et le caryer par exemple), d’animaux inconnus (serpent à sonnette, l’opossum) et de caractéristiques géographiques encore jamais vues (ligne de partage des eaux, falaises), une extension de l’anglais traditionnel s’avérait tout simplement incontournable. Quelques mots de la langue des populations indigènes sont également venus enrichir le corpus de la nouvelle langue anglaise (‘moose’ – orignal, mocassin).

Au Moyen-âge, l’Angleterre se trouva 300 ans sous domination française ce qui n’a pas été sans conséquence pour la langue anglaise. De nombreux mots furent empruntés au français et l’orthographe de beaucoup de ces termes a, des siècles plus tard, été simplifiée par les Américains selon la devise « ça s’écrit (désormais !) comme ça se prononce ». L’orthographe britannique, inspirée du français, de ‘metre’ et ‘theatre’ est ainsi devenue ‘meter’ et ‘theater’ en version américain. Les puritains américains voulaient un anglais encore meilleur que celui parlé en Angleterre. C’est pourquoi Noah Webster, dont le dictionnaire – toujours en vente de nos jours – fut publié pour la première fois en 1828, simplifia l’orthographe par exemple en supprimant le ‘u’ muet de mots comme ‘flavour’ et ‘colour’ (également empruntés au français).

La langue suivit le mouvement des occupants direction l’Ouest profond, sauvage et – il faut bien l’avouer – un peu plouc. C’est sur les bateaux à aubes du Mississippi que faisaient office de tripots flottants qui naquirent de nouveaux termes tels que ‘wild card’ (Joker) et ‘pass the buck’ (faire porter le chapeau). La conquête progressive de l’Ouest par les colons marqua ainsi la fin de la langue parfaite dont rêvait Webster. L’anarchie se propagea, dans le pays comme dans la langue.

Bien sûr, beaucoup de mots n’ont pas réussi à traverser l’Atlantique. Quand un Américain parle de ses ‘pants’ (pantalon), l’Anglais, lui, porte toujours ses ‘trousers’ (et les ‘pants’ en dessous des ‘trousers’). D’autres termes ont, eux, survécu à la traversée mais leur signification a complètement changé : le mot britannique ‘football’ par exemple est utilisé aux États-Unis pour un sport qui se joue avec les mains ! Allez comprendre ! Alors, pour tous ceux qui veulent faire (et connaître !) la différence, le nouveau cours Babbel est fait pour vous !

Tweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Babbel débarque sur Android !

Posted on March 27, 2012 by

Après quelques imprévus, Babbel présente enfin ses applications Android téléchargeables dès aujourd’hui depuis la boutique Google Play Store ! Babbel pour Android était l’une des demandes les plus courantes de nos utilisateurs et nous sommes ravis d’y satisfaire enfin. Les nombreux utilisateurs Android parmi vous peuvent désormais profiter des avantages de l’apprentissage mobile avec Babbel. Nous tenons ici à remercier encore une fois tous les bêta-testeurs qui ont contribué à améliorer les applications grâce à leurs nombreux commentaires. Nous sommes très satisfaits du résultat et espérons que vous aurez beaucoup de plaisir à apprendre avec les nouvelles applications Babbel pour Android !

De quoi l’application Babbel pour Android est-elle capable ?
L’application comprend le vocabulaire de base et avancé avec 2000-3000 termes de vocabulaire par langue. Le vocabulaire est organisé par blocs thématiques et chaque terme est présenté de manière audiovisuelle – prononcé par un locuteur natif et illustré par une image. Vous pouvez donc choisir les thèmes qui vous intéressent et démarrer l’apprentissage sur les chapeaux de roue.

Nous avons en outre optimisé notre logiciel de reconnaissance vocale avant de l’intégrer dans l’appli Android. Cette fonction améliorée vous permettra d’évaluer et d’entraîner votre prononciation de façon encore plus efficace. L’outil de révision personnalisé qui vous interroge sur les mots appris au moment le plus propice est lui aussi intégré et vous permettra d’assimiler les termes de façon durable. Les applications Babbel ne nécessitent pas de connexion Internet active et vous permettent d’apprendre votre vocabulaire de façon simple et flexible – partout où vous voulez.

Combien coûtent les applications Babbel pour Android ?
Les applications Android sont complètement gratuites pour les onze langues et peuvent être téléchargées depuis la boutique Google Play Store. La première leçon de chaque catégorie est disponible dès l’installation. Pour pouvoir télécharger les autres blocs de vocabulaire et utiliser l’outil de révision, vous avez besoin d’un compte Babbel gratuit que vous pouvez créer directement depuis l’application. Ceux d’entre vous qui disposent déjà d’un compte Babbel peuvent tout simplement se connecter dans l’application et télécharger les blocs de leur choix.

L’application est gratuite, cela signifie-t-il qu’elle est financée par la publicité ?
Non. Vous ne serez pas gênés par des messages publicitaires. Babbel reste un produit haut de gamme et sans publicité.

Et la suite ?
Ceux d’entre vous qui connaissent Babbel savent que le vocabulaire de base et avancé ne constitue qu’une petite partie de notre offre. L’innovation et le développement de nouveaux produits restent des priorités pour Babbel. L’équipe mobile a déjà commencé à développer de nouvelles applications qui permettront d’accéder à davantage de fonctionnalités et de cours sur les appareils mobiles. Et notre équipe éditoriale travaille d’arrache pied sur de nouveaux cours et leçons. Vous n’êtes pas au bout de vos surprises.

Liens de téléchargement :

Toutes les applications Babbel pour Android en un coup d’œil

Anglais
Espagnol
Français
Italien
Allemand
Portugais brésilien
Suédois
Néerlandais
Turc
Polonais
Indonésien

Tweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone