The Babbel Blog

Features and courses

Les traditions hivernales en Russie

Posted on December 18, 2014 by

Traditions hivernales

Babbel vient de publier un cours dédié aux traditions hivernales : Fêtes et jours fériés en Russie. Vous pourrez entre autres y découvrir comment les Russes célèbrent le nouvel an. Mais pourquoi tant de ces fêtes et jours fériés ont-ils lieu en hiver ?

Imaginez-vous un instant ; se réveiller et aller au travail dans le noir complet. Le soleil se lève un peu avant midi, pour se coucher à nouveau après la pause déjeuner. Vous rentrez chez vous du travail dans l’obscurité et vous vous réveillez  quatorze heures plus tard, toujours dans le noir. Même si l’idée n’est pas des plus séduisantes, c’est comme cela dans une grande partie de la Russie. Les fêtes et certains rituels sont une manière de surmonter ces longues périodes obscures.

En Russie, la fête annuelle la plus importante est le nouvel an, Novy God (Новый Год). D’après le calendrier julien, le réveillon du nouvel an (31 décembre) est presque immédiatement suivi de Noël (7 janvier). Les Russes ont donc environ dix jours de vacances avec beaucoup de champagne, de caviar et pour les chanceux, de cadeaux. Ces cadeaux sont apportés par l’équivalent russe du Père Noël, дед Мороз (Ded Moroz, « Grand-père Gel »), qui se rend aux fêtes du nouvel an, dans les écoles et dans les maternelles, accompagné de sa petite fille Снегурочка (Snegurochka, « petite fille des neiges »).

Les traditions russes ont généralement des origines religieuses, païennes ou communistes, et sont célébrées avec enthousiasme, presque comme une manière de lutter contre les épreuves du quotidien. La vie de tous les jours en Russie peut être rude, que ce soit le mauvais temps, l’injustice sociale ou la bureaucratie. Et plus les problèmes s’accumulent, plus les gens célèbrent avec ferveur, la vodka coulant à flots. Après tout, personne ne sait ce qu’il se passera demain !

Et vous, comment affrontez-vous l’obscurité hivernale ? Et quelles sont vos traditions hivernales préférées ? Faites-le nous savoir dans les commentaires !

 

Traduit de l’anglais par Walid Abdellaoui.

Nourriture britannique et irlandaise : c’est plutôt bon en fait

Posted on November 19, 2014 by

Nourriture britannique et irlandaise

Matthew Youlden, éditeur au sein de notre département “Didactique” (ci-dessus avec Responsable de projet senior Maren Pauli) et accessoirement l’un de nos polyglottes préférés, a créé un nouveau cours sur la nourriture britannique et irlandaise. Il nous explique pourquoi la nourriture de son pays a si mauvaise réputation, que faire avec du pain rassis, et pourquoi il se doit de choisir le whiskey d’Irlande et non celui d’Écosse. (more…)

La naissance du cours de russe

Posted on July 29, 2014 by

cours de russe - Barbara Baisi

Le défi pour donner vie au nouveau cours de russe Babbel consistait à trouver pour les utilisateurs un moyen de taper des lettres cyrilliques tout en utilisant un clavier latin standard. Barbara Baisi, Content Project Manager de notre département de didactique, nous éclaire sur cette question.

 

Pourriez-vous nous parler un peu de vous ?

Je viens d’Italie et je travaille pour Babbel depuis le tout début, en 2008. À cette époque c’était un peu plus petit [rires]. Maintenant je m’occupe de la coordination pour la création de nos cours de russe et d’italien. Je travaille sur le cours de russe depuis janvier. C’est un défi important pour tous les départements de l’entreprise.

(more…)

La langue familière américaine – c’est du gâteau !

Posted on July 22, 2014 by

La langue familière américaineAvec le nouveau cours Babbel, « La langue familière américaine », vous allez apprendre des expressions très utiles du « slang » américain. Nous nous sommes longtemps posé la question : pourquoi dire de quelque chose de facile que « c’est du gâteau », ou « cassé » pour signifier que l’on n’a plus d’argent ?

Voici l’origine (possible) de certaines expressions typiquement américaines. Prenez-les « avec une pincée de sel » !

 

broke (cassé) – ne plus avoir d’argent, être à sec

À partir de la Renaissance, de nombreuses banques en Europe donnaient à leurs clients un petit carreau de porcelaine où était inscrit le nom du client, le montant du prêt, le nom de la banque. Des cartes bancaires en quelque sorte, mais en plus lourd ! Le client venait à la banque avec son carreau pour emprunter de l’argent, et si la limite était dépassée, le caissier « cassait » son carreau.

(more…)

Pourquoi la grammaire (tout comme les broccolis) sont bons pour vous

Posted on May 27, 2014 by

la grammaireCe mois-ci Babbel se concentre sur la grammaire, avec un grand choix de nouveaux cours bons pour la santé. Paraissent également des cours d’approfondissement en italien, sur la prononciation ou encore les faux-amis.

 

Pauvres brocolis, paria du monde végétal ! Malgré le fait que cet aliment soit excellent pour la santé et que le président américain Obama ait déclaré que c’est son aliment favori, ce légume est toujours détesté des enfants du monde entier, et même de certains adultes.

Un peu comme la grammaire. Des années scolaires entières obligés à conjuguer des verbes et porter dans son sac à dos des livres gros comme des annuaires téléphoniques ont en dégoûté plus d’un, à tel point que beaucoup se demandent si ça en vaut vraiment la peine.

Mais la grammaire peut ne pas être une corvée. Le tout est de bien savoir la préparer.

(more…)

Le portugais de la vie quotidienne

Posted on April 30, 2014 by

Portuguese Everyday Life iStock_000038594386Large

Chacun de nous a déjà connu ces moments de grand embarras où l’on aimerait que le sol s’ouvre sous nos pieds et nous engloutisse. Mais qu’en est-il des faux-pas dont on n’a même pas conscience ?

Trois doigts mal placés peuvent rapporter pas mal d’ennuis, comme le savent ceux qui ont vu “Inglorious Basterds”. Si le lieutenant Hicox avait levé les trois bons doigts pour commander des verres, personne n’aurait deviné qu’il était un espion ennemi.

Les petites divergences culturelles peuvent avoir des conséquences énormes, surtout au Brésil.

Imaginez que vous vous trouvez à Rio ou à Sao Paolo, et que vous voulez signaler que “tout va bien” à quelqu’un qui se trouve de l’autre côté de la rue. Lequel des gestes figurant ci-dessus devez-vous faire ?

Si vous avez opté pour celui du milieu, vous devriez mieux y réfléchir. Dans certaines cultures en effet, ce signe indique que tout va bien ou qu’un repas était particulièrement savoureux. Au Brésil, en revanche, ce geste fait allusion à l’autre extrémité du tube digestif. Oui, voilà. Il ne serait pas étonnant, dans ces conditions, de voir rougir la personne à laquelle vous vous adressez.

Le nouveau cours de Babbel, “Le portugais pour la vie quotidienne”, peut vous aider à éviter les plus gros pièges. Il tourne essentiellement autour des subtilités du langage et des coutumes qu’on rencontre dans la rue. Vous apprendrez le vocabulaire haut en couleurs des soirées brésiliennes, les phrases pratiques de la vie de tous les jours et surtout, vous découvrirez comment les Brésiliens font la fête.

Si vous êtes un peu plus sûr de vous, vous pouvez aussi tester votre compréhension orale. Vous trouverez de nombreuses conversations sur les voyages, le shopping et, bien sûr, le football.

Il est temps de rafraîchir ses connaissances : la Coupe du Monde approche !

Cours spécial lettres d’amour : contez fleurette en anglais, en allemand ou en espagnol !

Posted on February 13, 2014 by

formules-de-politesse

C’est un plaisir qui n’est fort heureusement pas réservé au jour de la Saint Valentin : on apprend à se connaître, on est curieux d’en savoir toujours davantage sur l’autre et, soudain, on ne parvient plus à penser à autre chose qu’à cette personne très spéciale. Nous avons néanmoins décidé de profiter de la fête des amoureux pour vous présenter nos nouveaux cours spéciaux. Intitulé « Lettres d’amour », ce nouveau cours vous invite à suivre l’histoire de deux protagonistes qui font connaissance sur un site de rencontres. Si ce genre de rencontre, il y a quelques années encore, faisait froncer les sourcils à certains, il est aujourd’hui devenu tout à fait banal de se rencontrer en ligne et la plupart d’entre vous connaissent probablement un couple heureux qui s’est formé de cette façon. Ou peut-être avez-vous vous-même rencontré votre partenaire ainsi.

Il est parfois difficile d’exprimer ses pensées et sentiments sans froisser son interlocuteur – et ce même dans sa langue maternelle. « Avec ce cours, nous voulions non seulement permettre aux apprenants de pratiquer la lecture et l’écriture, mais également leur proposer une histoire haletante. Et l’amour est toujours un sujet passionnant ! » explique notre responsable de projet sénior Katja Wilde. Il faudra ainsi aller au bout de la leçon pour savoir si Mariana et David, les protagonistes du cours d’espagnol « Cartas de amor », parviendront à surmonter les difficultés initiales et à trouver le grand amour.

Le cours vous permet d’élargir votre vocabulaire autour de la thématique des idéaux en matière d’amour et de relation. Vous apprenez ainsi à exprimer vos sentiments dans une langue autre que votre langue maternelle. Outre le vocabulaire, le cours propose également des exercices de compréhension écrite et d’écriture libre et est conçu pour les élèves ayant atteint le niveau B1.

Ainsi, quand vous serez sur le point de tomber amoureux, vous pourrez trouver les mots pour le dire. Les homologues anglais de David et Mariana sont Nicholas et Olivia qui se rencontrent et apprennent à mieux se connaître dans le cours « Love letters ». L’amour sera-t-il au rendez-vous ? Découvrez-le ici :

Liebesbriefe

Love letters

Cartas de amor

Au pub avec la meilleure porcelaine – Le langage familier britannique par Babbel

Posted on November 21, 2013 by

On s’en doutait déjà, et on en a eu ensuite la certitude en regardant un film ou une série en anglais : ils parlent vraiment différemment de ce que l’on a appris à l’école ! Tout à coup, « money » se dit « dough » (pognon), personne n’est « speechless », mais plutôt « gobsmacked » (baba) et on ne dit pas, en rentrant fatigué du travail, « I’m exhausted! », mais « I’m knackered! » (je suis crevé !).

Avec ce cours sur « le langage familier britannique », Babbel veut présenter certains de ces termes et expressions quotidiennes et donner, à l’aide de dialogues amusants, un aperçu du quotidien britannique : des amis qui discutent de la dernière soirée branchée, un couple qui se dispute en voiture parce qu’ils se sont perdus et qu’ils sont carrément énervés. Les leçons sur le flirt ou sur les sentiments vous aideront à comprendre de quoi on parle lorsqu’on est « chuffed » (vachement content) ou comment dire être toujours prêt à rigoler.

BritishSlang

Petit bonus, à la fin du cours, il y a deux leçons sur le Cockney rhyming slang, qui est parlé dans l’est de Londres. Cette spécifité sur le language familier, née à la moitié du 19ème siècle, est présente aujourd’hui encore dans les films et la littérature. Le rhyming slang ressemble à de l’anglais et est aussi de l’anglais – mais tout de même difficile à comprendre. En guise d’exemple : « Fancy going down the German for a Britneys, me old China? » est la version Cockney rhyming slang de « Do you want to go to the pub for a few beers, my mate? » Pour tous ceux qui ont un point d’interrogation au-dessus de la tête en lisant ça, voici la solution : le rhyming slang fait rimer les noms de personnes, les nom de lieux ou certains termes avec les mots que l’on veut dire. Par exemple « China plate » (assiette en porcelaine) rime avec « mate » (pote). Ensuite, dans le langage quotidien, le mot qui rime est laissé de côté et il ne reste que la partie qui ne rime pas. C’est ainsi que « China » signifie « mate ». Fou, non ?

Si vous voulez savoir ce qui se cache derrière « Britneys » ou « German », cliquez ici pour en apprendre plus sur le langage familier et le rhyming slang.

À propos de l’auteur : Maren a produit le cours « le langage familier britannique » en tant que chef de projets de la rédaction. Déjà pendant ses études d’anglais, elle s’intéressait plus au langage familier qu’à la langue de Shakespeare. Elle a développé son language anglais familier en regardant des séries télévisées et des films américains et britanniques, et l’a parfois « testé » avec enthousiasme sur ses amis.

Les nouvelles applications pour iPhone sont arrivées – l’offre de cours complète débarque sur votre mobile !

Posted on September 24, 2013 by

Ici pour les utilisateurs germanophones

Les applis s'ouvrent avec une animation-film

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cela fait des mois que nos développeurs, concepteurs, didacticiens et linguistes planchent, discutent et multiplient les nuits blanches à grand renfort de Club Mate (la boisson berlinoise mode et ultra-caféinée à base de maté)… et elles sont enfin là, juste à temps pour la sortie d’iOS 7 – les nouvelles applications Babbel !

L'équipe "Design" de Babbel

 

Toutes les fonctionnalités premium de la plateforme Web débarquent ainsi sur iPhone et iPod touch, soit plus de 6000 heures d’apprentissage avec dialogues interactifs, grammaire, vocabulaire, exercices de compréhension et d’écriture ainsi qu’une fonction de reconnaissance vocale améliorée. L’interface utilisateur mobile a, en outre, subi un relookage complet : d’apparence clean et moderne, elle est facile d’utilisation et garantit, grâce à de petites animations et de nouveaux effets sonores et visuels, une expérience d’apprentissage encore plus ludique et motivante. Vous n’allez pas en croire vos yeux !

Comment fonctionne l’apprentissage multi-plateforme ?

Les applications mobiles proposent la quasi-totalité de l’offre du programme en ligne (les tout nouveaux cours, le Business English et les cours de niveau B1 sont pour l’instant exclusivement disponibles sur babbel.com) et sont automatiquement incluses dans l’abonnement régulier. Cela signifie qu’il suffit d’un seul compte d’utilisateur pour vous connecter aux différentes plateformes et y accéder sans frais supplémentaires. La nouvelle application fonctionne en parallèle sur tous les périphériques mobiles – une fois téléchargée et installée, votre progression est synchronisée de façon automatique entre l’iPhone, l’iPad, l’iPod Touch et le site Web.

Babbel fait ainsi sortir l’apprentissage du salon lui ouvrant les portes de la rue, du café, du métro ou du parc. Vous apprenez ce que vous voulez, quand et où vous le voulez. Quelques termes de vocabulaire dans la file d’attente au supermarché, une leçon de grammaire sur le trajet du bureau… « L’objectif de Babbel est de donner à tout un chacun la possibilité d’apprendre une langue de manière simple et amusante, partout et sans être lié à des horaires de cours contraignants. Accessible à tout moment, l’application pour iPhone nous permet d’étendre la mobilité de l’apprentissage », explique notre PDG, Markus Witte.

Découvrir l’appli pour l’espagnol
Découvrir l’appli pour l’anglais

Les nouvelles applications bientôt disponibles pour Android

Les applications peuvent déjà être téléchargées gratuitement pour les trois langues préférées de nos utilisateurs : l’anglais, l’espagnol et le français. D’autres langues seront disponibles sous peu. Comme toujours avec Babbel, la première leçon de chaque cours peut être testée gratuitement et l’accès complet à tous les contenus est proposé sous forme d’abonnement. Vous pouvez, comme d’habitude, vous abonner via le site babbel.com mais aussi directement via l’application dans l’App Store. L’abonnement d’1 mois coûte 9,99 €, l’abonnement de 3 mois 19,99 € et l’abonnement de 6 mois 33,99 €. Les applications d’entraînement au vocabulaire proposées jusqu’ici gratuitement pour l’iPhone restent pour l’instant disponibles en tant qu’offre additionnelle.

 

Et à tous les utilisateurs d’Android : oui, vous pourrez bientôt profiter des nouvelles applications !

Aller à l’iTunes Store

Goûter aux langues à travers la cuisine française

Posted on August 16, 2013 by

Tarte, tartiflette, tapenade & Co. sont des spécialités culinaires françaises bien connues mais de quoi s’agit-il exactement ? Notre cours sur la cuisine française invite les utilisateurs Babbel à un véritable « Tour de France » linguistique et culinaire.

Mais il a également réservé un voyage passionnant à nos rédacteurs et traducteurs : quelles comparaisons utiliser pour faire comprendre un plat particulier dans sa langue maternelle ? D’où viennent des appellations comme « pôchouse », « pulenda », « quenelle », « cassoulet », « nonnette », « tartiflette » et « tapenade » ? Et peut-on seulement les traduire ?

Pour atteindre un effet d’apprentissage maximal, nous avons décidé de traduire – dans la mesure du possible – le nom des spécialités présentées dans le cours. L’objectif n’est pas de taper « cassoulet » quand on vous présente la photo d’un cassoulet mais de découvrir – et retenir – ce qui se cache derrière ce plat de la région Midi-Pyrénées pour, plus tard, pouvoir véritablement comprendre un menu français.

L’introduction du mot avec sa traduction (avant la description détaillée de ses ingrédients et de sa préparation), permet ainsi de se faire une idée de ce qu’est un « cassoulet » : un ragoût de haricots blancs. Pour éviter que l’apprenant, quand il utilise l’outil de révision, ne pense accidentellement à la combinaison entre « ragoût » et « haricots blancs », le mot à traduire est présenté avec la mention « Nom propre ». Et pour retenir le terme plus facilement, on apprend également que « cassoulet » vient du mot occitan désignant le récipient en terre cuite, « la cassole », dans lequel ce ragoût est traditionnellement préparé.

La créativité des traducteurs a été mise à l’épreuve pour d’autres spécialités comme « la tartiflette » savoyarde dont le nom est dérivé du nom patois de la pomme de terre combiné au suffixe diminutif « -ette » (de petites pommes de terre donc).

Originale et peut-être quelque peu audacieuse : la présentation des « quenelles » lyonnaises dont la traduction en tant que « Klößchen » en allemand, « dumplings » en anglais, « gnocchi » en italien et « croquetas » en espagnol ne rend pas justice à leur forme allongée et à leur ingrédient principal (la semoule de blé). Mais ces variations sont abordées et expliquées dans le cours où l’on apprend également que « quenelle » vient du mot allemand « Knödel ».

Certains termes se sont avérés impossibles à traduire comme par exemple « le langres » et « le rocroi », deux fromages champenois qui portent le nom de leur lieu d’origine.

Contrairement à d’autres cours Babbel comme par example les cours débutant où la difficulté est d’adapter les explications grammaticales, le cours sur la cuisine française a également constitué un défi et a demandé un important travail de recherche pour déterminer les traductions correspondantes. Aspect particulièrement passionnant et instructif : les noms de nombreuses spécialités françaises sont dérivés des dialectes régionaux ou même d’autres langues comme le polonais, l’italien et l’allemand. C’est ainsi que même notre protagoniste Français peut en venir, dans la dernière leçon, à en perdre son latin : « Le kouglof ??? Encore un mot incompréhensible ! » Si seulement quelqu’un lui avait conseillé le cours Babbel sur la cuisine française avant qu’il ne parte pour son tour de France des saveurs !

À propos de l’auteur : Katja est Senior Content Manager chez Babbel et aime cuisiner pour ses amis et collègues des petits plats tirés d’un livre de recettes françaises qu’elle a acheté lors d’un séjour de 2 ans à Paris. Si elle aime à prendre quelques libertés concernant les ingrédients qu’elle utilise, elle se montre plus pointilleuse sur la grammaire française dans son travail en tant que rédactrice pour les cours de français Babbel.