The Babbel Blog

language learning in the digital age

Quiz: expressions sur le football brésilien

Posted on June 11, 2014 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Footballquiz_crops-11

Êtes-vous un connaisseur en matière de football ? Savez-vous quelle est la différence entre un milieu défensif et un latéral? ? Savez-vous comment la Hongrie a révolutionné les tactiques dans les années 1950 ? 

Nous non plus. 

Participez à notre quiz pour découvrir les différentes expressions footballistiques brésiliennes et impressionnez vos amis durant la Coupe du Monde avec votre jargon de professionnel.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Conseils d’utilisateurs : comment mémoriser votre vocabulaire

Posted on June 4, 2014 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Nous vous avons demandé quelle est votre méthode personnelle pour mémoriser le vocabulaire, et vos conseils ont été formidables. Nombre d’entre eux sont des bons vieux classiques, d’autres sont plutôt inattendus. Quels sont ceux que vous utilisez, quels sont ceux que vous pourriez ajouter ? Dites-le-nous avec vos commentaires !

 

1. Faire du sport en récitant son vocabulaire - Joseph

C’est d’une efficacité prouvée. Une étude de 2010 a testé des personnes qui apprenaient du vocabulaire tout en faisant du vélo. Elle a montré que « la pratique simultanée d’une activité physique et de l’apprentissage de vocabulaire facilitait la mémorisation de mots nouveaux ».

(more…)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Pourquoi la grammaire (tout comme les broccolis) sont bons pour vous

Posted on May 27, 2014 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

la grammaireCe mois-ci Babbel se concentre sur la grammaire, avec un grand choix de nouveaux cours bons pour la santé. Paraissent également des cours d’approfondissement en italien, sur la prononciation ou encore les faux-amis.

 

Pauvres brocolis, paria du monde végétal ! Malgré le fait que cet aliment soit excellent pour la santé et que le président américain Obama ait déclaré que c’est son aliment favori, ce légume est toujours détesté des enfants du monde entier, et même de certains adultes.

Un peu comme la grammaire. Des années scolaires entières obligés à conjuguer des verbes et porter dans son sac à dos des livres gros comme des annuaires téléphoniques ont en dégoûté plus d’un, à tel point que beaucoup se demandent si ça en vaut vraiment la peine.

Mais la grammaire peut ne pas être une corvée. Le tout est de bien savoir la préparer.

(more…)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

7 raisons pour lesquelles nous aimons les listes – et pourquoi elles nuisent à notre cerveau

Posted on May 22, 2014 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

les listes

 

Nous aimons les listes parce que nous ne voulons pas mourir.

- Umberto Eco, Vertige de la liste

 

Sur internet se développe de plus en plus ce qu’on appelle en anglais les « listicles », c’est-à-dire des articles rédigés sous forme de « listes » ou de « tops ».

Ils sont partout et appâtent le lecteur avec des titres accrocheurs du genre « Les 15 moments les plus emblématiques du métro parisien » ou « Top 10 des métiers qu’on peut faire quand on a une raie sur le côté ». (Non, ne partez pas !).

Ça fait rire les uns, les autres y voient une démonstration supplémentaire de la bêtise humaine. Les « listicles » font le succès de sites web américains comme Buzzfeed (qui existe déjà en français) ou Listverse et s’imposent également dans la presse écrite. Ils sont tellement omniprésents qu’on finit par trouver des raisons de les détester.

Les « listes » ou « tops » sont l’expression d’une tendance très actuelle de l’esprit à se laisser constamment divertir et déconcentrer. D’où l’intérêt de se demander quel est l’effet que cela produit sur nous et sur notre mode de pensée.

(more…)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Roll on: L’histoire des vélos Babbel

Posted on May 14, 2014 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

vélos Babbel

Grégory Simon dans son état naturel – Photo de James Lane pour Babbel.com

Un mercredi matin ensoleillé du mois de mars, Grégory Simon se préparait pour aller au bureau. Il prit sa douche, s’habilla, avala une tasse de café et se mit en route.

Quelques heures plus tard il arriva au bureau, l’air exténué.

« Je me suis fait voler mon vélo ! »

Grégory a grandi au pied des Alpes, il a passé toute son enfance à arpenter les montagnes d’Annecy en vélo. Il est toujours venu au bureau en deux roues, préférant braver le temps berlinois plutôt que d’être coincé dans les embouteillages. Il était très attaché à son vélo.

Toute personne qui s’est fait voler son vélo une fois dans sa vie sait à quel point cela peut être frustrant, mais cette fois, le voleur avait étrangement bien choisi son jour. En effet, c’était précisément le jour où Babbel avait passé une commande de plus de soixante-dix vélos neufs.

(more…)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Pourquoi les Italiens parlent-ils avec les mains (et pas les Scandinaves)

Posted on May 7, 2014 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Pourquoi les Italiens parlent-ils avec les mains (et pas les Scandinaves)

Photo by Haraldo Ferrary / CC 2.0

 

When the moon hits your eye like a big pizza pie

That’s amore…

 

Amour. Furie. Passion. Les Italiens sont bien connus pour parler avec les mains, comme si les sentiments qui bouillonnent en eux ne pouvaient être transcrits par de simples mots, mais avaient besoin d’un doigt accusateur, d’un appel au ciel ou d’un poing fermé.

Les Scandinaves, en revanche, ne le sont pas du tout.

Selon les stéréotypes traditionnels, nos frères du nord sont plus raisonnés et réservés. Bien sûr ils ressentent aussi de vives émotions, mais ils sont moins enclins à les exprimer physiquement.

Oui, ce sont des clichés culturels, mais peu de gens contestent le fait que les Italiens ont tendance à utiliser leurs mains pour s’exprimer. Et s’il y avait un impératif biologique derrière tout cela ? Et si les gestes aidaient en fait nos cerveaux à se développer ? S’il y avait un lien entre la manière dont nous utilisons nos mains et celle dont on résout les poblèmes?

(more…)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Le portugais de la vie quotidienne

Posted on April 30, 2014 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Portuguese Everyday Life iStock_000038594386Large

Chacun de nous a déjà connu ces moments de grand embarras où l’on aimerait que le sol s’ouvre sous nos pieds et nous engloutisse. Mais qu’en est-il des faux-pas dont on n’a même pas conscience ?

Trois doigts mal placés peuvent rapporter pas mal d’ennuis, comme le savent ceux qui ont vu “Inglorious Basterds”. Si le lieutenant Hicox avait levé les trois bons doigts pour commander des verres, personne n’aurait deviné qu’il était un espion ennemi.

Les petites divergences culturelles peuvent avoir des conséquences énormes, surtout au Brésil.

Imaginez que vous vous trouvez à Rio ou à Sao Paolo, et que vous voulez signaler que “tout va bien” à quelqu’un qui se trouve de l’autre côté de la rue. Lequel des gestes figurant ci-dessus devez-vous faire ?

Si vous avez opté pour celui du milieu, vous devriez mieux y réfléchir. Dans certaines cultures en effet, ce signe indique que tout va bien ou qu’un repas était particulièrement savoureux. Au Brésil, en revanche, ce geste fait allusion à l’autre extrémité du tube digestif. Oui, voilà. Il ne serait pas étonnant, dans ces conditions, de voir rougir la personne à laquelle vous vous adressez.

Le nouveau cours de Babbel, “Le portugais pour la vie quotidienne”, peut vous aider à éviter les plus gros pièges. Il tourne essentiellement autour des subtilités du langage et des coutumes qu’on rencontre dans la rue. Vous apprendrez le vocabulaire haut en couleurs des soirées brésiliennes, les phrases pratiques de la vie de tous les jours et surtout, vous découvrirez comment les Brésiliens font la fête.

Si vous êtes un peu plus sûr de vous, vous pouvez aussi tester votre compréhension orale. Vous trouverez de nombreuses conversations sur les voyages, le shopping et, bien sûr, le football.

Il est temps de rafraîchir ses connaissances : la Coupe du Monde approche !

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Les gardiens du temple

Posted on April 25, 2014 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

anglais

Photo by Elias Gayles / CC 2.0

Les anglophones non natifs sont trois fois plus nombreux que les locuteurs natifs. Qui peut donc prétendre aujourd’hui décider de ce qu’est le « bon anglais » ?

Les étudiants veulent tous le maîtriser. Les dictionnaires tentent de le définir. Les médias développent des guides de style complets qui lui sont consacrés et les gouvernements essaient de le contrôler.

Non, ce n’est pas d’une nouvelle épidémie de crack que nous parlons mais juste d’une langue : l’anglais.

Nous vivons certes dans un monde où les anglophones peuvent s’émerveiller de l’offre pléthorique de dictionnaires urbains aussi étranges que variés, hocher la tête quand un homme d’affaires indien leur demande de « prepone the meeting » (littéralement : reporter la réunion à plus tôt, néologisme formé sur le modèle du verbe « to postpone », reporter à plus tard) ou regarder la série américaine The Wire et réaliser qu’ils ont besoin de sous-titres.

Mais le « bon anglais » est encore est toujours une denrée avidement recherchée – et un vrai business. Alors, qui décide de ce qu’il est et de ce qu’il n’est pas ?

(more…)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Pourquoi votre langue maternelle détermine la manière dont vous apprenez une langue étrangère

Posted on April 3, 2014 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Comment se fait-il que la plupart des Français ont plus de facilité à apprendre l’italien que l’allemand ? Pourquoi est-il moins difficile d’apprendre l’allemand si on parle déjà l’anglais ? Et pourquoi le turc ou l’indonésien sont-elles des langues particulièrement difficiles pour nous ?

La réponse est simple, si vous avez déjà entendu parler de familles linguistiques: il s’agit de groupes de langues similaires qui découlent d’une même langue de base. Ainsi, six des langues que nous proposons font partie des langues dites germaniques: l’allemand, l’anglais, le néerlandais, le danois, le suédois et le norvégien. Parmi celles-ci, les langues scandinaves se ressemblent tout particulièrement. La deuxième grande famille linguistique que l’on trouve chez Babbel est celle des langues romanes: l’espagnol, le portugais, le français et l’italien en font partie. Au sein d’une famille linguistique, les différentes langues ont beaucoup de points communs. Parmi ceux-ci, on compte par exemple les expressions concernant le temps. Le lien familial linguistique influence aussi les règles et les concepts grammaticaux.

linguistic-families

Qu’est-ce que cela implique dans l’apprentissage d’une langue étrangère et dans le suivi de cours chez Babbel ?

La plupart du temps, nous élaborons les nouveaux cours pour une langue d’apprentissage en allemand, puis nous les adaptons aux six langues que nous proposons. Nous veillons généralement à rester le plus proches possibles de la langue d’apprentissage, c’est-à-dire que nous privilégions les mots et les structures de phrases similaires à celles de la langue d’apprentissage. Le principe est simple: plus la langue que vous maîtrisez déjà est proche de celle que vous souhaitez apprendre, plus vous en comprendrez les règles et le fonctionnement. Ainsi, quand vous apprenez une langue appartenant à la même famille linguistique que votre langue maternelle, vous aurez besoin de moins d’explications que quelqu’un dont la famille linguistique diffère de la langue d’apprentissage.

Voilà comment nous adaptons les cours Babbel à votre langue maternelle

Voici un exemple: la différence entre les verbes “pouvoir” et “savoir” n’est pas aussi évidente pour un Allemand qui apprend le français que pour un Italien. En Italien, en effet, il existe les verbes correspondants “potere” et “sapere”, alors qu’en allemand, il ont un seul et unique verbe correspondant: “können”. Les explications concernant la situation dans laquelle il vaut mieux utiliser “pouvoir” – quand quelque chose est autorisé ou possible – ou “savoir”, qui implique davantage une notion de “capacité, de connaissance, d’habilitation” sont superflues dans les cours de français pour les italiens. Bien entendu, toutes les personnes qui apprennent le français doivent cependant apprendre les différentes déclinaisons des verbes “savoir” et “pouvoir”.

Bildschirmfoto 2014-03-17 um 18.13.14

À l’inverse, il est parfois nécessaire d’ajouter des explications dans la traduction de nos cours allemands dans une autre langue. Ainsi, les Allemands ont l’habitude de décliner les verbes:  “ich bin, du bist, er/sie/es ist, …”. Dans le cours de français pour les Allemands, il n’est donc pas nécessaire de préciser, par exemple dans la présentation du verbe “être”, qu’il existe une forme verbale pour chaque pronom personnel. Les locuteurs suédois, en revanche, qui se servent de la même forme verbale pour tous les pronoms personnels- “jag är, du är, han/hon/den/det är, …” auront besoin d’une explication supplémentaire comme celle-ci:

Voici un exemple d’explication supplémentaire pour la conjugaison des verbes francais à l’attention des apprenants suédois
Voici un exemple d’explication supplémentaire pour la conjugaison des verbes francais à l’attention des apprenants suédois

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Le français: Une langue mondiale ?

Posted on March 20, 2014 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

À l’occasion du Jour International de la Francophonie, célébré aujourd’hui dans le monde entier, nous avons mené une petite enquête sur la langue française et fait d’intéressantes découvertes, que nous souhaitons partager avec vous.

Le français est l’une des rares langues parlées dans le monde entier. C’est la sixième langue la plus parlée au monde, après le mandarin, l’anglais, l’hindi, l’espagnol et l’arabe. Il y a actuellement plus de 220 millions de francophones dans le monde.

En Europe, les plus grandes populations de francophones se trouvent essentiellement en Belgique, en Suisse et au Luxembourg. Le français est la deuxième langue maternelle la plus répandue en Europe. Les démographes prévoient même que le taux de natalité en France fera passer le français en tête de l’Europe d’ici 2025 (sauf si un grand pays comme admettons la Turquie rejoint l’Union Européenne).

La langue de Molière est également la deuxième langue la plus apprise au monde. Avec l’anglais, elle est enseignée comme langue étrangère dans le système scolaire de la plupart des pays. Chez Babbel, elle est l’une des langues les plus sollicitées parmi nos apprenants. Et cela ne fait qu’augmenter!

FrenchWeek_Fra(1)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone