The Babbel Blog

language learning in the digital age

Quelles sont les raisons qui motivent l’apprentissage des langues ?

Posted on June 18, 2014 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Si vous étudiez une langue en ce moment, prenez un instant pour réfléchir à cette question : pourquoi ?

La question a été récemment posée en termes économiques. Freakonomics a lancé l’idée avec un podcast qui posait la question des bénéfices financiers de l’apprentissage d’une langue. Sur le blog Prospero de the Economist, Robert Lane Greene indique que les résultats sont supérieurs à ce qu’ils avaient estimé et varient fortement en fonction de la langue.

Cette question vaut la peine d’être débattue, même s’il est un peu triste de réduire la beauté (et les bénéfices inquantifiables) d’apprendre une langue, à des retombées économiques ou des investissements.

Mais ce facteur peut-il ou non être décisif ? Pour quel groupe d’âge ou nationalités ? Quelles sont les raisons principales qui poussent les gens à vouloir apprendre une langue ?

Ce sont des questions qui nous préoccupent constamment, et c’est pourquoi nous avons interrogé nos utilisateurs.

Les résultats de cette enquête Babbel sont maintenant disponibles. Plus de 5000 personnes y ont participé, dans 6 pays : la France, l’Allemagne, La Grande Bretagne, l’Italie et les États-Unis. Nous les avons interrogés sur leur motivation à apprendre une langue et leurs habitudes d’apprentissage, et avons analysé les résultats par âge et par pays.

 

Voyager, affinité pour une langue – et rester alerte mentalement

Lorsque nous leur avons posé la question, les utilisateurs avaient la possibilité de choisir jusqu’à trois réponses. Les deux réponses les plus citées, “pour mieux communiquer en voyage” (26%) et “par intérêt pour une langue” (22%) ne nous ont pas surpris.

Mais la troisième réponse la plus populaire “pour rester alerte mentalement” (17%) démontre à quel point la perception de l’apprentissage des langues est en train de changer.

Les progrès technologiques actuels dans le domaine de la neuroscience nous fournissent une pléthore d’études réjouissantes sur l’apprentissage des langues, démontrant qu’apprendre une langue étrangère stimule les fonctions cognitives, ralentit le vieillissement du cerveau et retarde la démence. Ceci explique aussi le succès d’entreprises “d’entraînement cérébral” comme Lumosity et Fit Brains, qui vantent les mérites et les bénéfices sur la santé de l’apprentissage des langues et de la gymnastique cérébrale.

Apprendre une langue est de plus en plus vu comme un outil direct d’amélioration cognitive.

L’âge, naturellement, est une variable cruciale : plus de 30% des personnes de plus de 70 ans voient l’apprentissage d’une langue comme un moyen de se maintenir alerte mentalement, tandis que seuls 5% des utilisateurs de moins de 18 ans invoquent cette raison.

 

La discipline française, le laisser-faire allemand

Contrairement à tous les stéréotypes sur l’efficacité allemande et la paresse française, 60% des utilisateurs français “étudient à un rythme fixe”, en comparaison à 38% des Allemands seulement. Les Français sont aussi en tête pour ce qui est d’apprendre tous les jours (23%).

Le système scolaire français, à la discipline stricte et aux leçons régulières semble mener à ce résultat. Cette théorie se justifie par certaines anecdotes qui viennent etayer cette théorie : en effet, nombreux sont les utilisateurs français qui nous écrivent pour excuser lorsqu’ils ont eu un empêchement les éloignant quelques jours de trop de leur apprentissage.

 

Montrez-moi l’argent

Alors combien de personnes sont en réalité motivées à apprendre une langue pour des raisons principalement écomomiques ?

Ceux qui disent apprendre “pour chercher un emploi” le sont sans doute. Si nous étions généreux, nous pourrions aussi inclure ceux qui le font “pour leur emploi”, augmentant ainsi leurs chances de promotions ou d’obtenir un nouveau poste.

Si on combine ces deux facteurs, alors ce sont les Italiens qui sont en tête de la liste (18%), suivis des Allemands (12%), et des Français (10%). Les États-Unis arrivent en dernier avec seulement 5%.

Néanmoins si la raison économique n’est pas à écarter, il semble qu’elle ne soit pour beaucoup pas la principale motivation pour apprendre une langue, puisque “mieux communiquer en voyage”, “l’intérêt pour la langue” et l’envie de“rester alerte mentalement” sont de loin les facteurs les plus motivants pour les utilisateurs Babbel.

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Comments

Pour une comminication

je vais apprendre plusieurs langues

Bonjour Perraudin – est-ce que vous pouvez nous envoyer un courriel à support@babbel.com? Merci.

Leave a Reply