The Babbel Blog

language learning in the digital age

Le phénomène de la rentrée

Posted on September 4, 2014 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

la rentrée

En Italie comme en France, le début du mois de septembre est une période d’activité frénétique : il rientro, la rentrée.

Dans nombre d’autres pays, on ne connaît rien de tel. Tous les écoliers d’un pays commencent simultanément une nouvelle année scolaire. C’est la réouverture de tous les commerces. Les gens retournent au travail. Les magasins proposent des promotions spéciales. C’est une énorme machinerie qui se remet en marche, tandis que le pays tout entier quitte l’esprit des vacances pour se préparer mentalement à la nouvelle année. (more…)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Le français: Une langue mondiale ?

Posted on March 20, 2014 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

À l’occasion du Jour International de la Francophonie, célébré aujourd’hui dans le monde entier, nous avons mené une petite enquête sur la langue française et fait d’intéressantes découvertes, que nous souhaitons partager avec vous.

Le français est l’une des rares langues parlées dans le monde entier. C’est la sixième langue la plus parlée au monde, après le mandarin, l’anglais, l’hindi, l’espagnol et l’arabe. Il y a actuellement plus de 220 millions de francophones dans le monde.

En Europe, les plus grandes populations de francophones se trouvent essentiellement en Belgique, en Suisse et au Luxembourg. Le français est la deuxième langue maternelle la plus répandue en Europe. Les démographes prévoient même que le taux de natalité en France fera passer le français en tête de l’Europe d’ici 2025 (sauf si un grand pays comme admettons la Turquie rejoint l’Union Européenne).

La langue de Molière est également la deuxième langue la plus apprise au monde. Avec l’anglais, elle est enseignée comme langue étrangère dans le système scolaire de la plupart des pays. Chez Babbel, elle est l’une des langues les plus sollicitées parmi nos apprenants. Et cela ne fait qu’augmenter!

FrenchWeek_Fra(1)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Goûter aux langues à travers la cuisine française

Posted on August 16, 2013 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Tarte, tartiflette, tapenade & Co. sont des spécialités culinaires françaises bien connues mais de quoi s’agit-il exactement ? Notre cours sur la cuisine française invite les utilisateurs Babbel à un véritable « Tour de France » linguistique et culinaire.

Mais il a également réservé un voyage passionnant à nos rédacteurs et traducteurs : quelles comparaisons utiliser pour faire comprendre un plat particulier dans sa langue maternelle ? D’où viennent des appellations comme « pôchouse », « pulenda », « quenelle », « cassoulet », « nonnette », « tartiflette » et « tapenade » ? Et peut-on seulement les traduire ?

Pour atteindre un effet d’apprentissage maximal, nous avons décidé de traduire – dans la mesure du possible – le nom des spécialités présentées dans le cours. L’objectif n’est pas de taper « cassoulet » quand on vous présente la photo d’un cassoulet mais de découvrir – et retenir – ce qui se cache derrière ce plat de la région Midi-Pyrénées pour, plus tard, pouvoir véritablement comprendre un menu français.

L’introduction du mot avec sa traduction (avant la description détaillée de ses ingrédients et de sa préparation), permet ainsi de se faire une idée de ce qu’est un « cassoulet » : un ragoût de haricots blancs. Pour éviter que l’apprenant, quand il utilise l’outil de révision, ne pense accidentellement à la combinaison entre « ragoût » et « haricots blancs », le mot à traduire est présenté avec la mention « Nom propre ». Et pour retenir le terme plus facilement, on apprend également que « cassoulet » vient du mot occitan désignant le récipient en terre cuite, « la cassole », dans lequel ce ragoût est traditionnellement préparé.

La créativité des traducteurs a été mise à l’épreuve pour d’autres spécialités comme « la tartiflette » savoyarde dont le nom est dérivé du nom patois de la pomme de terre combiné au suffixe diminutif « -ette » (de petites pommes de terre donc).

Originale et peut-être quelque peu audacieuse : la présentation des « quenelles » lyonnaises dont la traduction en tant que « Klößchen » en allemand, « dumplings » en anglais, « gnocchi » en italien et « croquetas » en espagnol ne rend pas justice à leur forme allongée et à leur ingrédient principal (la semoule de blé). Mais ces variations sont abordées et expliquées dans le cours où l’on apprend également que « quenelle » vient du mot allemand « Knödel ».

Certains termes se sont avérés impossibles à traduire comme par exemple « le langres » et « le rocroi », deux fromages champenois qui portent le nom de leur lieu d’origine.

Contrairement à d’autres cours Babbel comme par example les cours débutant où la difficulté est d’adapter les explications grammaticales, le cours sur la cuisine française a également constitué un défi et a demandé un important travail de recherche pour déterminer les traductions correspondantes. Aspect particulièrement passionnant et instructif : les noms de nombreuses spécialités françaises sont dérivés des dialectes régionaux ou même d’autres langues comme le polonais, l’italien et l’allemand. C’est ainsi que même notre protagoniste Français peut en venir, dans la dernière leçon, à en perdre son latin : « Le kouglof ??? Encore un mot incompréhensible ! » Si seulement quelqu’un lui avait conseillé le cours Babbel sur la cuisine française avant qu’il ne parte pour son tour de France des saveurs !

À propos de l’auteur : Katja est Senior Content Manager chez Babbel et aime cuisiner pour ses amis et collègues des petits plats tirés d’un livre de recettes françaises qu’elle a acheté lors d’un séjour de 2 ans à Paris. Si elle aime à prendre quelques libertés concernant les ingrédients qu’elle utilise, elle se montre plus pointilleuse sur la grammaire française dans son travail en tant que rédactrice pour les cours de français Babbel.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

L’été avec Babbel.

Posted on June 15, 2012 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

L’été a toujours été un moment privilégié. C’est souvent dès l’enfance et les premières années d’école qu’est apparue notre passion pour les grandes vacances : pourquoi apprendre assis dans une salle de classe alors que dehors vous attendent piscines, lacs et journées interminables gorgées de soleil ?

Sur Babbel aussi, l’assiduité baisse lorsque la température monte… et les utilisateurs deviennent adeptes du farniente (de l’italien « fare niente » soit : « ne rien faire »). Comment ne pas les comprendre quand, au siège de Babbel dans le quartier de Kreuzberg à Berlin, la sueur perle sur nos fronts nous donnant des envies de bière bien fraîche, de glace à l’italienne ou de plongeons dans l’Atlantique. Mais la saison estivale joue également un rôle essentiel pour Babbel. L’été est – du moins sous nos latitudes – synonyme de vacances et de voyages, la période où de nombreux utilisateurs Babbel peuvent tester les connaissances linguistiques qu’ils ont acquises au cours de l’année.

Ce sont les Italiens qui, cette année, profitent en premier des beaux jours. Pour eux, les vacances d’été ont commencé le 9 juin, presque en même temps que la Coupe d’Europe de football qui se joue en Pologne et en Ukraine. Les élèves polonais doivent, eux, tenir encore jusqu’au 30 juin. Tout comme les Britanniques qui auront grandement le temps de se préparer aux Jeux Olympiques qui se tiendront à Londres entre le 27 juillet et le 12 août.

Les petits Suédois seront en vacances à partir de la mi-juin, juste à temps pour fêter, du 22 au 24 juin, le Mitsommar (sorte de Saint-Jean scandinave) à grand renfort de musique, de danse, de spécialités culinaires et de rites traditionnels et magiques. A ne pas manquer !

Qu’il s’agisse du Mitsommar en Suède, de vacances sur les plages d’Italie, d’Espagne, du Pays-Bas, de Turquie ou du Brésil, de surf en Indonésie, de foot en Pologne ou des JO à Londres – c’est l’occasion de mettre en pratique ce que vous avez appris tout au long de l’année et le moment de vérité qui nous permettra de constater si oui ou non nous avons bien fait notre travail. Nos cours spécial vacances feront-ils leurs preuves ? Comment les fans de foot se débrouillent-ils en Pologne avec les bases acquises dans notre cours spécial « Coupe d’Europe 2012 » ?

Il existe parait-il des gens que le foot en général et la Coupe d’Europe en particulier laissent froids. Mais le tournoi est un rayon de soleil pour beaucoup d’entre nous qui, pour une raison ou pour une autre, ne peuvent pas partir en vacances cette année. Faute de parcourir l’Europe, c’est elle qui vient dribbler directement dans notre salon.

Et pour ceux qui n’ont pas attrapé la fièvre du football, pourquoi ne pas passer des vacances sur votre balcon : quoi de plus dépaysant finalement que sa propre ville en été. On ira à la piscine avant d’aller manger une glace. Et sinon on fait… rien tout simplement !

Bonne vacances !

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone