The Babbel Blog

language learning in the digital age

Pourquoi la grammaire (tout comme les broccolis) sont bons pour vous

Posted on May 27, 2014 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Ce mois-ci Babbel se concentre sur la grammaire, avec un grand choix de nouveaux cours bons pour la santé. Paraissent également des cours d’approfondissement en italien, sur la prononciation ou encore les faux-amis.

 

Pauvres brocolis, paria du monde végétal ! Malgré le fait que cet aliment soit excellent pour la santé et que le président américain Obama ait déclaré que c’est son aliment favori, ce légume est toujours détesté des enfants du monde entier, et même de certains adultes.

Un peu comme la grammaire. Des années scolaires entières obligés à conjuguer des verbes et porter dans son sac à dos des livres gros comme des annuaires téléphoniques ont en dégoûté plus d’un, à tel point que beaucoup se demandent si ça en vaut vraiment la peine.

Mais la grammaire peut ne pas être une corvée. Le tout est de bien savoir la préparer.

En petites portions, la grammaire peut être très digeste. Elle vous permet de comprendre ce qui se dit ou ne se dit pas dans une langue. Elle vous donne les bases nécessaires pour parler et écrire. De plus, elle ne vous donne pas seulement les outils pour comprendre et créer du langage, mais elle vous donne aussi un aperçu de comment les gens d’une culture différente pensent et se comportent. Par exemple, pourquoi les Chinois, qui parlent une langue dans laquelle le futur n’existe pas, ont tendance à être plus économes.

Ce mois-ci donc, les nouveaux cours sortis du four de Babbel incluent de la succulente grammaire, de la prononciation, et des faux-amis en dessert.

 

Utilisateurs francophones : Prononciation néerlandaise (consonnes), cours débutant de polonais 1, cours d’approfondissement d’italien 1

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Pourquoi votre langue maternelle détermine la manière dont vous apprenez une langue étrangère

Posted on April 3, 2014 by

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Comment se fait-il que la plupart des Français ont plus de facilité à apprendre l’italien que l’allemand ? Pourquoi est-il moins difficile d’apprendre l’allemand si on parle déjà l’anglais ? Et pourquoi le turc ou l’indonésien sont-elles des langues particulièrement difficiles pour nous ?

La réponse est simple, si vous avez déjà entendu parler de familles linguistiques: il s’agit de groupes de langues similaires qui découlent d’une même langue de base. Ainsi, six des langues que nous proposons font partie des langues dites germaniques: l’allemand, l’anglais, le néerlandais, le danois, le suédois et le norvégien. Parmi celles-ci, les langues scandinaves se ressemblent tout particulièrement. La deuxième grande famille linguistique que l’on trouve chez Babbel est celle des langues romanes: l’espagnol, le portugais, le français et l’italien en font partie. Au sein d’une famille linguistique, les différentes langues ont beaucoup de points communs. Parmi ceux-ci, on compte par exemple les expressions concernant le temps. Le lien familial linguistique influence aussi les règles et les concepts grammaticaux.

linguistic-families

Qu’est-ce que cela implique dans l’apprentissage d’une langue étrangère et dans le suivi de cours chez Babbel ?

La plupart du temps, nous élaborons les nouveaux cours pour une langue d’apprentissage en allemand, puis nous les adaptons aux six langues que nous proposons. Nous veillons généralement à rester le plus proches possibles de la langue d’apprentissage, c’est-à-dire que nous privilégions les mots et les structures de phrases similaires à celles de la langue d’apprentissage. Le principe est simple: plus la langue que vous maîtrisez déjà est proche de celle que vous souhaitez apprendre, plus vous en comprendrez les règles et le fonctionnement. Ainsi, quand vous apprenez une langue appartenant à la même famille linguistique que votre langue maternelle, vous aurez besoin de moins d’explications que quelqu’un dont la famille linguistique diffère de la langue d’apprentissage.

Voilà comment nous adaptons les cours Babbel à votre langue maternelle

Voici un exemple: la différence entre les verbes “pouvoir” et “savoir” n’est pas aussi évidente pour un Allemand qui apprend le français que pour un Italien. En Italien, en effet, il existe les verbes correspondants “potere” et “sapere”, alors qu’en allemand, il ont un seul et unique verbe correspondant: “können”. Les explications concernant la situation dans laquelle il vaut mieux utiliser “pouvoir” – quand quelque chose est autorisé ou possible – ou “savoir”, qui implique davantage une notion de “capacité, de connaissance, d’habilitation” sont superflues dans les cours de français pour les italiens. Bien entendu, toutes les personnes qui apprennent le français doivent cependant apprendre les différentes déclinaisons des verbes “savoir” et “pouvoir”.

Bildschirmfoto 2014-03-17 um 18.13.14

À l’inverse, il est parfois nécessaire d’ajouter des explications dans la traduction de nos cours allemands dans une autre langue. Ainsi, les Allemands ont l’habitude de décliner les verbes:  “ich bin, du bist, er/sie/es ist, …”. Dans le cours de français pour les Allemands, il n’est donc pas nécessaire de préciser, par exemple dans la présentation du verbe “être”, qu’il existe une forme verbale pour chaque pronom personnel. Les locuteurs suédois, en revanche, qui se servent de la même forme verbale pour tous les pronoms personnels- “jag är, du är, han/hon/den/det är, …” auront besoin d’une explication supplémentaire comme celle-ci:

Voici un exemple d’explication supplémentaire pour la conjugaison des verbes francais à l’attention des apprenants suédois
Voici un exemple d’explication supplémentaire pour la conjugaison des verbes francais à l’attention des apprenants suédois

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone