The Babbel Blog

language learning in the digital age

Élever un enfant bilingue

Posted on August 26, 2015 by

bilingue

Je m’appelle Mara, je viens d’Italie et comme beaucoup de gens qui travaillent chez Babbel (et qui vivent à Berlin en général), j’ai un enfant avec quelqu’un qui vient d’un autre pays, en l’occurrence avec un Allemand. Que faire pour que mon enfant apprenne au mieux l’italien ? Quels sont les moyens qui sont à ma disposition ? Je partage ici avec vous certaines de mes trouvailles !

(more…)

Portrait : Eckart & Vincenzo – Une histoire d’amour germano-italienne

Posted on June 30, 2015 by

Portrait

Nouveau portrait de notre série Portraits d’utilisateurs Babbel – Nous vous présentons un instantané de leurs vies et les raisons pour lesquelles ils apprennent une nouvelle langue. Si vous souhaitez partager votre histoire, faites-le nous savoir dans les commentaires. Cette fois, il s’agit d’une histoire d’amour germano-italienne, celle d’Eckart et de Vincenzo.

(more…)

Portrait : Lenel apprend trois langues avec Babbel

Posted on May 26, 2015 by

portrait

Aujourd’hui, nous vous présentons un épisode de notre série de portraits d’utilisateurs Babbel – un instantané de leur vie, et les raisons pour lesquelles ils apprennent une nouvelle langue. Si vous souhaitez partager votre histoire, faites-le nous savoir dans les commentaires. Ce mois-ci, nous avons discuté avec Lenel qui vit à Galway en Irlande. À coté de son travail dans la restauration rapide, le jeune homme de 24 ans est également blogueur. Avec bucketlist250.com, il a créé sa « bucket list ». En anglais, le terme « bucket list » désigne une liste de choses que l’on souhaite accomplir avant de mourir. Il vient de l’expression « to kick the bucket » (donner un coup de pied dans le seau), qui signifie casser sa pipe (mourir). Il y a plus d’un an, il a relevé un nouveau défi ; apprendre l’espagnol, l’italien et le français. Lenel a décidé d’atteindre son but avec Babbel, et a écrit sur son blog au sujet de son expérience. Dans ce portrait, il nous en dit davantage sur le concept de « bucket list » et sur les raisons pour lesquelles apprendre ces langues fait partie de ses objectifs.

(more…)

Madame LE Ministre ou Madame LA Ministre ? La féminisation des noms de métiers à travers les langues

Posted on March 5, 2015 by

Féminisation des noms de métiers

À l’occasion de la journée internationale des femmes, Babbel se penche sur la question de la féminisation des noms de métiers et des fonctions à travers les langues étrangères. Petit à petit, les femmes rejoignent des postes qui leur étaient autrefois difficiles d’accès. Faute de femmes occupant les plus hautes fonctions de l’État dans le passé, de nombreuses langues ne possédaient pas de version féminine de certains titres. Comment les langues s’adaptent-elles face à cette nouvelle réalité ? Découvrez notre panorama des différentes pratiques linguistiques.

(more…)

Portrait : Aldo de Trieste

Posted on November 26, 2014 by

Portrait : Aldo de Trieste

Nous lançons une série de portraits d’utilisateurs Babbel du monde entier – un instantané de leur vie, et les raisons pour lesquelles ils apprennent une nouvelle langue. Si vous souhaitez partager votre histoire, faites-le nous savoir dans les commentaires. Ce mois-ci, nous avons parlé à Aldo, un italien de 70 ans, qui déborde d’énergie et de motivation. Il fait du canoë le matin, joue aux échecs l’après-midi et a maintenant un nouvel objectif : apprendre l’anglais. (more…)

Le challenge du virelangue

Posted on October 1, 2014 by

virelangue

Quand vous apprenez une nouvelle langue, les virelangues sont un moyen génial de pratiquer votre prononciation. Les virelangues sont des phrases ou séries de mots qui sont difficiles à dire. Ils ont souvent des sons qui s’alternent, comme « s » et « sh » ou « p » et « b ». Bien qu’ils soient connus pour leur non-sens, un classique virelangue anglais « She sells sea shells on the sea shore, and the shells that she sells are sea shells, I’m sure » était en réalité une chanson populaire en 1908 basée sur la vie de Mary Anning, une célèbre collectionneuse de fossiles et paléontologue britannique.

Nous avons sélectionné huit de nos virelangues favoris de langues étrangères – anglais, allemand, italien, français, danois, suédois, turc et russe – et nous les avons transformés en petites animations. Pouvez-vous les maîtriser ? (more…)

L’appétit vient en parlant – Nouveaux cours autour de la cuisine italienne

Posted on June 24, 2013 by

Je suis originaire de Parme. Vous savez bien. Le jambon. Le fromage.

À chaque fois que j’essaie d’expliquer que c’est « une ville du nord de l’Italie, à peu près équidistante de Milan et Bologne », mon interlocuteur m’interrompt pour me parler du jambon de Parme et du parmesan. Non sans raison.

Ma région est connue dans toute l’Italie pour sa charcuterie, chez nous, le porc est presque sacré : le « maiale » (porc) a ici presque autant de noms qu’il y a de communes. Dans le village de ma grand-mère, on le nomme même « al nimal » (l’animale). On dit bien que les poissons n’ont pas de mot pour l’eau…

C’est au contact de mes amis allemands que m’est venue l’idée de créer un cours de langue gastronomique pour l’italien. J’ai l’habitude de cuisiner italien, par exemple des « scaloppine ai funghi » c’est-à-dire des escalopes que l’on fait revenir dans le beurre avec des champignons, et je n’échappe jamais à la fameuse question « Et où est l’accompagnement ? » L’accompagnement ? Mais ce sont les champignons ! « Non, je voulais dire l’accompagnement rassasiant. » Ah ah, l’« accompagnement rassasiant » ! Et mon invité de me proposer de faire un peu de riz en accompagnement. Tout italien qui se respecte commence ici, selon l’humeur, à rire ou à faire une moue dégoutée.

Primo : le riz est une entrée et ne peut en aucun cas être servi en accompagnement. Sacrilège !

Secundo : en italien, l’accompagnement s’appelle « contorno » et basta. On peut manger du pain mais le pain reste du pain et pas du « contorno ».

Voilà qui est dit !

Babbel n’a encore jamais proposé un tel cours. C’était donc un concept inédit et j’avais carte blanche – et aucun modèle sur lequel me baser. Au final, le plus gros problème s’est avéré être la recherche d’images d’illustration.

On s’imagine que c’est un jeu d’enfant de trouver des photos de plats italiens mais si on veut aller au-delà du « n’importe quelles pâtes avec n’importe quelle sauce », par exemple en recherchant très exactement des « pappardelle » (pâtes longues et larges) avec du ragoût de sanglier, mieux vaut se mettre soi-même aux fourneaux.

C’est ainsi que je me suis retrouvée, à minuit passé, à faire de la friture dans ma cuisine (et je déteste ça !) parce qu’il me manquait une photo pour une spécialité ligurienne appelée « latte dolce fritto ». J’ai aussi eu le plaisir de préparer des plats de ma région comme l’« erbazzone » (tourte aux blettes et aux épinards) qui a fait des heureux au bureau ou la « piadina con salsiccia e cipolle » (sorte de pain pita garni de saucisse et d’oignons).

Malgré tous mes efforts, je n’ai hélas pas réussi à trouver toutes les images qu’il me manquait et c’est ainsi que je me suis vue contrainte et forcée, au cours d’une visite à Parme, d’acheter, de photographie et de manger quelques spécialités charcutières comme le « speck » (jambon fumé), la « prosciutto cotto » (jambon cuit) et la « coppa » (jambon d’échine). Ce qu’on ne ferait pas pour le travail !

Ce cours permet de découvrir des plats authentiques issus des différentes régions de l’Italie, d’obtenir de nombreuses informations sur la façon dont ils sont préparés et d’apprendre ce qui n’est pas typiquement italien. Un exemple : les « spaghetti alla bolognese » ! Vous pouvez bien sûr manger la sauce bolognaise avec des spaghettis, mais les italiens ne le font qu’en dernier recours. Comme son nom l’indique, cette sauce vient de Bologne où les pâtes aux œufs comme les « tagliatelle » ou « lasagne » sont typiques. Ainsi, le plat traditionnel est en fait la « tagliatelle alla bolognese ».

Ai-je cassé le mythe ? Testez le cours et découvrez d’autres infos passionnantes sur la cuisine italienne !

A propos de l’auteur: Barbara est l’une des plus anciennes collaboratrices Babbel. Traductrice italienne et finnologue (c’est-à-dire spécialiste de la langue et de la civilisation finnoises), Barbara a commencé il y a près de 5 ans – en parallèle de ses études – à prêter main forte  aux équipes de rédaction et d’assistance Babbel. Elle fait depuis partie intégrante de la rédaction qui l’a embauchée cette année.