The Babbel Blog

language learning in the digital age

أنا أتكلم الألمانية … problèmes de prononciation ?

Posted on October 27, 2016 by

aussprache_2_gelb

Dans la série d’articles « recommandations et conseils pour les cours d’allemand aux réfugiés » de Babbel, nous proposons des méthodes d’apprentissage pour tous les enseignants, quelle que soit leur expérience préalable. Ce deuxième article présente les résultats collectés lors d’ateliers que les spécialistes des langues de Babbel animent auprès de professeurs d’allemand bénévoles.

 

Ceux qui apprennent une langue étrangère connaissent certainement ce problème : prononcer des mots dans une nouvelle langue peut s’avérer compliqué au début, d’autant plus si cette langue utilise un alphabet différent. Mais il n’est pas suffisant de maîtriser et de lire l’écriture d’une langue étrangère. Pour pouvoir se faire comprendre, il y a un élément indispensable : la prononciation !

Pourquoi ? Lorsque notre prononciation est fausse, la communication devient impossible car notre interlocuteur ne comprend pas ce que nous disons. En même temps, il ne faut pas oublier que notre prononciation n’a besoin d’être améliorée que lorsqu’elle altère le sens du mot ou qu’elle rend le mot incompréhensible. Quand notre prononciation diffère de la prononciation habituelle mais qu’elle reste compréhensible, il n’est pas primordial de la perfectionner.

Une prononciation claire est un prérequis pour pouvoir communiquer dans une langue étrangère et il est essentiel de s’exercer dans les cours de langues. L’entraînement à la prononciation ne devrait pas être délaissé, et c’est pourquoi nous y consacrons un article. Nous allons voir ce qu’est la prononciation exactement, comment des exercices dans ce domaine peuvent être intégrés aux leçons, et nous finirons avec quelques trucs et astuces pour les cours de prononciation.

 

 

Oachkatzlschwoaf!

Qu’est-ce que la prononciation exactement ?

Un cas d’école pour les différentes prononciations de l’allemand est la manière dont le mot « Eichkätchenschweif » (queue d’écureuil) est prononcé en Bavière ou en Autriche : Oachkatzlschwoaf!

Certes, cet exemple est un peu exagéré pour montrer la différence entre l’orthographe et la prononciation. Comment se fait-il qu’un mot écrit « Eichkätzchenschweif » puisse se prononcer « Oachkatzlschwoaf » ? Comment la prononciation d’un mot peut-elle tant s’éloigner de son orthographe ? Avec les dialectes, non seulement la sonorité (phonologie) et les flexions (morphologie) peuvent être modifiées, mais le vocabulaire (lexique), la structure (syntaxe) et les expressions aussi. La prononciation est influencée par une accentuation correcte, par l’intonation, le rythme, les pauses, les sons, les lettres et les syllabes.

La prononciation est donc le rendu des mots à l’oral, en opposition à l’écrit. L’orthographe d’une langue qui a évolué avec le temps ne correspond jamais à 100 pourcent à la prononciation. C’est pourquoi l’alphabet phonétique international peut s’avérer utile. Celui-ci est également intéressant pour les professeurs car ils peuvent ainsi présenter les différences de prononciation à l’écrit et les expliquer aux élèves. Même lorsque l’on peut comprendre une langue à l’écrit, cela ne garantit pas que l’on puisse la prononcer correctement. L’alphabet phonétique international (API) précise de manière très exacte comment les mots sont prononcés. Si l’API est un outil d’une réelle utilité, beaucoup ne savent pas comment l’utiliser. L’API est un système qui standardise la prononciation, et on peut trouver cette standardisation dans le dictionnaire juste après un mot, entre crochets. Ainsi, tout le monde peut le prononcer correctement, même sans avoir entendu ce mot avant. Lors de nos ateliers, nous avons remarqué que les réfugiés arrivent mieux à rapprocher ou à différencier les sons de l’allemand et ceux de leur langue maternelle grâce à l’API.

 

 

 

Exercices de prononciation : s’échauffer avant le cours

En sport, il peut être dangereux de commencer à froid et les échauffements sont nécessaires pour obtenir des résultats satisfaisants. En classe, c’est un peu la même chose et les exercices de prononciation sont particulièrement adaptés en guise d’échauffement en classe ou de pause entre deux leçons. Mais ces exercices ne doivent pas constituer une leçon à part entière. Les exercices de prononciation sont assez éprouvants, même s’ils n’en ont pas l’air. On peut certes apprendre en une seule leçon la « théorie », c’est-à-dire l’articulation correcte d’un son, mais cela prend du temps avant que celui-ci ne soit réellement assimilé et devienne naturel. Comme pour la grammaire, une bonne prononciation ne dépend pas de la durée des exercices mais de la fréquence et de la régularité avec lesquelles ce son est répété.

Les participants réagissent de manières différentes face aux exercices de prononciation. Certains sont plutôt réservés et il convient de les intégrer aux exercices autant que possible et de les encourager. Pour cela, on peut par exemple commencer en chœur avec tout le monde. Cela génère une bonne dynamique de groupe et on évite ainsi que certains ne se sentent isolés. Si on remarque que quelqu’un a de réelles difficultés, il vaut mieux en discuter en privé, à la fin du cours par exemple.

Comme cela a déjà été mentionné, des répétitions régulières sont essentielles pour acquérir une prononciation correcte. Il ne faut pas s’attendre à ce qu’un seul exercice suffise. Les professeurs doivent aussi s’assurer de ne pas être trop stricts lorsqu’ils corrigent la prononciation car cela pourrait mener à des blocages chez certains. Il ne faut donc pas trop s’attarder à corriger, mais plutôt expliquer les règles de prononciation et pousser les participants à faire eux-mêmes attention à leur propre prononciation de manière critique.

La prononciation et la grammaire font appel à des aptitudes différentes et doivent donc être enseignées et travaillées de manière différente. L’apprentissage de vocabulaire demande surtout de la mémoire, alors que les exercices de prononciation exigent avant tout des efforts d’articulation. Ce sont donc en priorité les muscles de la bouche qui travaillent.

Lors des exercices de prononciation, il est important de ne pas confondre une prononciation correcte et une prononciation sans accent, aussi bien pour le professeur que pour les participants. Seules très peu de personnes sont en mesure de parler une langue étrangère sans aucun accent et ce n’est pas une condition pour pouvoir se faire comprendre. On peut parfaitement s’exprimer sur des sujets complexes et avoir quand même un accent. C’est la raison pour laquelle, avant tout exercice et surtout toute correction, il est primordial de se demander, en tant que professeur, si cela est réellement nécessaire. Bien sûr, beaucoup de participants aimeraient se perfectionner, même s’ils ont déjà une prononciation satisfaisante. On peut et on doit les aider à cela, mais il faut également être clair sur ce qui est essentiel et ce qui n’est qu’un exercice complémentaire. Cela évite aux participants qui ne sont pas encore au niveau de penser que leur prononciation est mauvaise.

C’est en forgeant qu’on devient forgeron

On peut apprendre une prononciation correcte de différentes manières et avec des types d’exercices différents. En allemand, les principales difficultés sont les voyelles, les consonnes, les mots composés très longs et la prononciation de « ch » et de « sch ». Voici quelques idées pour préparer un cours de prononciation en allemand. L’idéal est de les expliquer de manière pratique et de les accompagner de gestes et de mimiques.

Voyelles :

En allemand, comme dans beaucoup d’autres langues, il existe une différence entre les voyelles courtes et les voyelles longues.

Exemple :

Le « i » dans « bitte » (s’il vous plaît) est court. Beaucoup de personnes qui apprennent l’allemand disent « biiiiiitte », avec un long « i » qui devrait être court.

Méthode d’apprentissage:

Le professeur peut montrer aux participants si une voyelle est longue ou courte dans un mot en la symbolisant. Pour un mot comme « bitte », le professeur ne ferait pas de grands gestes, mais pourrait insister avec ses mains sur la prononciation courte et concise du « i » de « bitte ».

Consonnes :

Exemples : « ch » après « a, o, u »

Prononciation : après a, o, u, « ch » est prononcé [χ] (un peu comme le « j » en espagnol) comme dans « Dach, doch, Buch » (toit, si, livre).

Mots/syllabes longues :

L’allemand est connu pour ses nombreux mots composés, qui peuvent parfois être très longs : Grundstücksverkehrsgenehmigungszuständigkeitsübertragungsverordnung

C’est vrai, les mots aussi longs sont relativement rares. Mais pour qu’ils soient compréhensibles, une prononciation correcte est d’autant plus importante. Il y a une astuce pour cela :

Exemple :

« Staatsangehörigkeit » (nationalité)

Méthode d’apprentissage: les syllabes peuvent être détachées une à une pour avoir la bonne accentuation, en commençant par la dernière syllabe. De cette manière, les mots sont automatiquement accentués correctement. Par exemple, avec « Staatsangehörigkeit » :

  • keit
  • igkeit
  • hörigkeit
  • gehörigkeit
  • angehörigkeit
  • Staatsangehörigkeit

Prononcer les mots haut et fort :

Une autre manière de détendre l’atmosphère en classe pour pouvoir s’exercer à une intonation correcte est de dire les mots à voix haute. Par exemple, si un participant s’écrie « Sofa » à travers la classe, le « o » sera automatiquement accentué. Il en va de même pour le « u » de « Computer ».

Mélodie de la phrase :

La mélodie de la phrase peut également avoir son importance lorsqu’il s’agit de mieux se faire comprendre. La langue arabe, par exemple, a une mélodie différente de l’allemand, langue souvent considérée par les étrangers comme monotone. Si la personne qui parle allemand est de langue maternelle espagnole ou portugaise, elle utilisera généralement la mélodie de sa langue maternelle.

Toutes les personnes intéressées par ces exercices de prononciation lors de nos cours de langues pour les réfugiés sont cordialement invitées à nos ateliers (informations à presse@babbel.com). Nous nous intéressons de plus près aux différences entre la phonétique et la prononciation de l’allemand et de l’arabe par exemple, ou encore au rôle de la prononciation lors de l’apprentissage de la grammaire et du vocabulaire et aux exercices permettant de réussir à apprendre les différents aspects d’une langue.

Vous avez déjà essayé des exercices de prononciation en classe ? Nous serions ravis d’en entendre parler ! N’hésitez pas à nous raconter votre expérience ci-dessous !

Comments

Bonjour, je voulais simplement savoir si il y a un code promo valide chez Babbel aujourd’hui pour ma commande? Merci d’avance pour votre reponse. Sophie

Bonjour,
Merci beaucoup pour votre message ! Veuillez prendre contact avec support@babbel.com : l’équipe du service client de Babbel se fera un plaisir de vous aider.

Leave a Reply