The Babbel Blog

language learning in the digital age

Comment Babbel a conçu un test d'anglais en ligne

Posted on décembre 21, 2017 by

Grâce au partenariat entre Babbel et Cambridge English, le test de langue entre dans l’ère digitale

Originaire du Royaume-Uni, Ben est chef de projet pour l’anglais au sein de l’équipe Didactique de Babbel. C’est avec ce groupe d’experts en langues qu’il crée et optimise les cours. Par le passé, Ben a travaillé comme professeur d’anglais en Allemagne et en Espagne. Véritable passionné, il adore apprendre de nouvelles langues, surtout lorsqu’elles sont sans rapport avec sa langue maternelle, comme le swahili et le tongien. Dans cet article, il nous explique comment Babbel et Cambridge English, tous deux experts en évaluation des langues, se sont associés pour concevoir le test d’anglais Babbel…
 

Babbel propose une plateforme d’apprentissage des langues en ligne à ses utilisateurs et leur donne la confiance nécessaire pour mener rapidement des conversations dans une nouvelle langue. Cela fait longtemps que nous voulions offrir à nos apprenants un moyen de tester et d’apporter la preuve de leurs compétences en langue. Nous nous sommes donc associés à Cambridge English – qui fait passer 5 millions d’examens d’anglais chaque année – pour concevoir le test d’anglais Babbel.
Dans les domaines de l’apprentissage et de l’enseignement de l’anglais, Cambridge English est la référence mondiale en matière de certification. Avec Babbel, l’utilisateur peut apprendre à parler une langue partout et à tout moment, en utilisant l’application ou le site web. Comme l’explique Thomas Holl, co-fondateur de Babbel : « Nos entreprises ont des objectifs complémentaires : fournir un service de qualité à ceux et celles qui souhaitent apprendre une langue. Il nous semblait donc idéal de combiner le savoir unique de Cambridge English en matière de certification, avec l’expertise de Babbel dans le domaine de l’apprentissage des langues en ligne ! »
Résultat ? Le test d’anglais Babbel, conçu en partenariat avec Cambridge English, est à présent réalité ! Il est désormais possible de passer le test en ligne pour évaluer sa compréhension écrite et orale, et de valider ses acquis pour les niveaux A1 à B1 et plus. Les résultats sont détaillés sur un certificat personnalisé avec photo, que l’on peut ajouter à son CV ou partager sur les réseaux sociaux et professionnels.
L’enseignement des langues et la certification en ligne se sont développés de pair. Il est aujourd’hui possible de passer la plupart des tests d’anglais reconnus depuis un ordinateur, bien que dans des centres spécialisés uniquement. Parallèlement, le nombre d’examens en version papier traditionnelle a considérablement diminué. Babbel a rapidement perçu l’énorme potentiel d’un test de langue en ligne à un prix abordable, accessible partout dans le monde et d’une qualité irréprochable. Mais il était également clair qu’il fallait s’associer avec un partenaire dont l’expertise exceptionnelle allait être à la hauteur de nos exigences. Dès lors, le choix était simple : Cambridge English.
Un prototype pour commencer
Nous avons tout d’abord décidé de créer un prototype de test simple et court pour le niveau débutant A1 afin de voir comment Babbel et Cambridge English pouvaient collaborer et pour mesurer ce que chacun pouvait apporter. Nous voulions aussi et surtout savoir ce que nos utilisateurs pensaient de cette nouvelle expérience. En collaboration avec les responsables Listening and Reading (compréhension orale et écrite) de Cambridge, nous avons donc créé un test de 37 questions pour le niveau A1 afin d’évaluer les compétences en compréhension écrite et orale de nos utilisateurs.
Les remarques et commentaires de nos apprenants ont beaucoup d’importance pour l’équipe du département Didactique de Babbel. Ils nous permettent d’améliorer notre contenu en permanence. Après avoir terminé le prototype du niveau A1, nous avons donc demandé aux utilisateurs ayant participé au test de répondre à une courte enquête de satisfaction. Une grande majorité des apprenants sondés ont trouvé que l’examen était trop facile, ce à quoi nous nous attendions. C’est une réaction très courante pour le niveau débutant. Mais nous avons aussi découvert que beaucoup d’entre eux ne comprenaient pas ce que représentait le « niveau A1 ». Nos cours étant basés sur le CECR (Cadre européen commun de référence pour les langues), nous avons donc décidé d’y remédier en expliquant, pour chacun de nos cours, à quel niveau il correspond.
Il est difficile de se décider à passer un test quand on n’est pas réellement conscient du niveau des cours que l’on suit. Surtout s’il s’agit d’un test dont l’objectif est d’évaluer si on a atteint ou non un niveau spécifique en anglais. Nous avons donc utilisé cette remarque à bon escient pour créer non pas un test différent pour chaque niveau, mais un modèle unique couvrant plusieurs niveaux. Ainsi, les candidats n’ont pas à se soucier d’anticiper leur niveau avant de commencer le test.
D’autres commentaires nous ont permis de découvrir – avec étonnement – que les utilisateurs ont pris plaisir à passer l’examen. Personnellement, j’ai toujours trouvé les épreuves de langue plutôt stressantes, ce n’était donc certainement pas quelque chose que j’aurais qualifié de plaisant. Or, cette enquête nous a appris que la possibilité de faire le test en ligne, à son propre rythme, tout en étant confortablement installé chez soi constituait une expérience réellement agréable pour les apprenants. Certains ont même affirmé qu’ils auraient souhaité que le test soit plus long !
La conception du test
Nous étions donc prêts à concevoir un test plus complet, couvrant les niveaux A1 à B1 et plus. Il serait cette fois basé sur un nouveau modèle créé en collaboration avec Nir, chef de produit senior de l’équipe New Business Initiatives chez Babbel. Nir a de plus aidé à évaluer le travail que les ingénieurs de Babbel auraient à fournir pour élaborer chacun des modèles imaginés. Concevoir un test en ligne exige en effet que de nombreuses équipes s’investissent et collaborent avec l’équipe responsable de la création du contenu.
Les responsables Listening and Reading de Cambridge se sont donc attelés à rassembler du contenu pour les différents niveaux. Afin de déterminer quels sujets devaient être testés, j’ai sélectionné du contenu dans des centaines de leçons d’anglais Babbel. Nos partenaires de Cambridge pouvait ainsi voir exactement quels thèmes de vocabulaire et de grammaire nos utilisateurs étaient censés connaître, et ce, aux différents niveaux du CECR et en fonction du programme de Babbel.
Du contenu déjà existant, provenant d’autres examens de Cambridge, a également été utilisé et adapté : les réponses à ces questions ont été étudiées afin d’assurer qu’elles correspondaient exactement au niveau pour lequel elles avaient été imaginées. Dans le cas contraire, elles ont été remaniées. Nous avons ainsi pu comparer ces réponses avec les réponses aux nouvelles questions créées pour ce test et nous nous sommes assurés que notre test évaluait de façon appropriée chaque candidat.
Cette expérience m’a énormément appris sur les tests de langues, et surtout sur l’immense travail que représente la conception d’évaluations en général. Cela m’a permis de mieux comprendre, a posteriori, tous ces examens d’allemand que j’ai subi sans vraiment les apprécier par le passé…
Depuis la publication du test, nous nous sommes concentrés sur son optimisation. Pour des questions de sécurité et de validité, nous avons aussi mis en place un système de vérification d’identité. De plus, nous analysons les commentaires que nous recevons de la part des participants concernant leurs résultats et la variété des thèmes évalués. Nous espérons pouvoir développer l’examen dans les prochains mois en incluant le niveau B2 (intermédiaire supérieur). Nous envisageons également de varier les types d’exercices en incluant par exemple des exercices de rédaction pour examiner la capacité des utilisateurs à écrire en anglais.
À l’avenir, il est parfaitement envisageable que les examens de langues abandonnent le format papier pour se tourner exclusivement vers des versions numériques. Même les épreuves d’expression orale se feront via webcam. Il est également très probable que les types mêmes d’examens se diversifient dans les années à venir, car de nouvelles entreprises innovantes se mettront sans doute à développer leurs propres certifications. Et c’est précisément dans ce contexte qu’il sera crucial de s’assurer de la qualité et de la précision de ces nouvelles formes de tests, et de les rendre aussi valides et rigoureuses que leurs pendants plus traditionnels. Une collaboration comme celle qui existe entre Babbel et Cambridge English, alliant une connaissance approfondie de la certification à l’expérience de l’apprentissage des langues en ligne, est dès lors essentielle. C’est ce genre d’initiative qui permettra à la version numérique des tests de langues de s’adapter aux besoins des apprenants – besoins qui pourraient s’avérés différents de ceux que servent les tests traditionnels.