The Babbel Blog

language learning in the digital age

Découvrez comment les Babbeloniens participent à la traduction du projet European Resistance Archive

Posted on May 22, 2017 by

olly ERA Translation Workshop 2017Olly est développeur chez Babbel depuis 9 ans, soit quasiment depuis la naissance de l’entreprise. Pendant plusieurs années, il s’est occupé principalement des services back-end au sein de l’équipe d’ingénieurs, c’est-à-dire de tout l’aspect technique invisible aux utilisateurs de Babbel. Il travaille aujourd’hui en tant que Technical Lead dans l’équipe New Business Initiative. Dans cet article, il parle de sa participation au projet ERA (European Resistance Archive, archives de la résistance européenne), et de la manière dont Babbel l’a aidé à mener à bien ce projet.

 

 

Pendant l’été 2005, lors d’une randonnée sur un ancien sentier des partisans dans les Apennins près de la ville de Reggio d’Émilie en Italie, j’ai rencontré un groupe de partisans qui avaient lutté contre les fascistes italiens et l’occupation nazie. Ils m’ont parlé des différentes actions des partisans, mais aussi des attaques et des actes de représailles des nazis et des fascistes. L’un de ces partisans était Giacomo Notari, aussi connu sous le nom de « Willi ». Dans la petite commune de Bettola, où les soldats allemands ont massacré 32 civils, il nous a expliqué :

« Les Allemands ont assassiné une grande partie des habitants de cette petite ville, y compris des personnes âgées et des enfants. Ils ont humilié les morts en se moquant d’eux, avant de tuer les enfants. C’est à ce moment que l’on a commencé à se dire : il faut en finir avec ces gens-là. Un nombre considérable d’entre nous s’est alors décidé à prendre les armes et à rejoindre les partisans. »

On pouvait ressentir, dans les paroles de cet homme de 78 ans, toute la détermination et le courage dont il avait dû être habité à l’époque.

ERA 07 hendrik mandelbaum krematorium 5

Dans ce genre de moments, on prend conscience de l’impact indispensable qu’ont et qu’auront encore dans le futur ces témoignages vivants de l’Histoire. Toute aussi marquante a été ma visite du camp de concentration de Buchenwald en présence du résistant Emil Carlebach et des pirates Edelweiss qui expliquaient leurs actions directes contre les Jeunesses hitlériennes. Ces expériences m’ont réellement marqué.

La plupart des témoins de l’époque sont malheureusement décédés et dans quelques années, plus personne ne pourra témoigner de vive voix de cette période. C’est précisément la raison pour laquelle des projets comme le European Resistance Archive (ERA), qui permettent de conserver des enregistrements de ces récits, sont si importants.

Avant Babbel, j’ai travaillé pour une petite agence internet dans le quartier de Kreuzberg à Berlin. C’est là que j’ai participé à la réalisation du projet European Resistance Archive. L’objectif de ERA est de rassembler les récits et anecdotes de personnes ayant résisté à la terreur fasciste et nazie afin de les rendre accessibles à tous sur Internet.

L’archive en ligne est constituée de 21 vidéos d’interviews de survivants et survivantes originaires de Pologne, de France, de Slovénie, d’Italie, d’Autriche et d’Allemagne. Pour chaque pays, on trouve également une présentation des mouvements de résistance permettant de replacer les interviews dans leur contexte historique.

L’année dernière, j’ai décidé de prendre un congé sabbatique de trois mois (possibilité offerte à tous les employés de Babbel) et de mettre ce temps libre à profit en participant à l’amélioration de ERA. À cette époque, le site était en ligne depuis déjà neuf ans et il était donc grand temps de le mettre à jour. Beaucoup de choses étaient techniquement obsolètes. Il n’était par exemple pas possible de regarder les vidéos sur mobile puisque les iPhones n’existaient pas encore à la création du site.

L’objectif était donc de résoudre les problèmes techniques, de moderniser le design et d’adapter la visualisation aux différentes tailles d’écrans que proposent aujourd’hui les Smartphones, les tablettes et les grands écrans de télévision.

À mon retour chez Babbel après ces trois mois, beaucoup de mes collègues m’ont interrogé sur ce projet. J’ai alors décidé de le présenter lors de l’un de nos “Brown bag meetings”, conférences informelles qui ont lieu régulièrement chez Babbel.

Les réactions ont été extrêmement positives et plusieurs personnes ont spontanément proposé leur aide et leur soutien. L’anglais est l’unique langue dans laquelle le site et les témoignages de ERA sont traduits et seule une partie du contenu est disponible dans d’autres langues. Étant donné le nombre de linguistes, d’enseignants, de spécialistes de l’apprentissage et de traducteurs qui travaillent chez Babbel, il nous a semblé naturel de contribuer à la diffusion des témoignages en les traduisant en plusieurs langues.

Babbel a ainsi organisé deux ateliers pour les bénévoles souhaitant s’impliquer dans la traduction du projet ERA. Depuis, les premiers sous-titres en italien et en allemand ont vu le jour, mais il reste encore beaucoup à faire. Toute personne souhaitant participer au projet en tant que traducteur ou correcteur est cordialement invitée à le faire. La coordination se fait via le projet ERA-Translations sur Github et on peut trouver davantage d’informations à ce sujet sur le Wiki correspondant. De plus, il est évidemment possible de contribuer avec des interviews autour de cette thématique.

Je suis extrêmement reconnaissant envers mes collègues de Babbel pour leur soutien et leur engagement. C’est fantastique de voir ce qu’on peut faire lorsque des personnes aux compétences linguistiques, culturelles et professionnelles variées collaborent et mettent en commun leurs compétences en dehors de la sphère du travail.

Leave a Reply